Partager ses mots de passe avec son conjoint : une bonne idée ?

De plus en plus de couples partagent leurs mots de passe de boîte mails ou réseaux sociaux en signe d'engagement. Pourtant, cette pratique peut se révéler risquée.

0
1961

Dans une relation amoureuse, il est parfois essentiel de garder une part de mystère. Pourtant, les couples sont de plus en plus nombreux à tout partager, mêmes leurs données personnelles, type mots de passe sur internet. Et selon l’éditeur de logiciels McAfee, dévoiler l’intégralité de son jardin secret peut s’avérer dangereux.

Dans son enquête « Amour, relations et technologies : quand les données personnelles sont coincées au milieu d’une rupture », l’éditeur met en garde sur les risques que le partage peut causer en cas de séparation. « Aujourd’hui, échanger les mots de passe est devenu un signe d’engagement, d’amour et de dévotion, mais que faire quand la relation tourne au vinaigre ? », interroge McAfee. Si la moitié des Américains partagent des éléments intimes avec leurs conjoints et sont persuadés, à 95 %, que ces informations sont en sécurité, rares sont ceux qui pensent à « l’après », persuadés que leur couple durera toujours.

En effet, l’étude révèle qu’en cas de séparation, les ex-conjoints en possession de mots de passe ou de photos compromettantes n’hésitent pas à se venger en publiant certaines informations sur le web. Selon l’éditeur de logiciels, une personne sur dix a déjà été menacée et 12 % d’entre eux ont vu leurs données personnelles divulguées sur la toile suite à un mensonge (45,3 %), une tromperie (40,6 %) ou une rupture (26,6 %).

Mot de passe et espionnage

Mais il n’y a pas qu’après une séparation que les données personnelles peuvent rendre dingue. Selon Buzzfeed, 57 % des hommes et 52 % des femmes se sont déjà connectés sur le compte e-mail, Facebook ou autres réseaux sociaux de leur conjoint et sont 46 % et 37 % à espionner le compte Facebook ou Twitter de leur ex, ou de celui ou celle qui a pris leur place.

Des chiffres qui effrayent mais qui ne rebutent par tout le monde pour autant. D’après l’enquête, 36 % des Américains prévoient toujours d’envoyer des photos sexy ou romantiques via e-mail, SMS et réseaux sociaux pour la Saint-Valentin.

Mathilde Bourge