Pauvreté infantile : la France épinglée par l’Unicef !

Si la pauvreté est un sujet largement évoqué, il est fait rarement allusion aux enfants. Un rapport de l’Unicef met en avant la situation de pauvreté dans laquelle se trouvent de nombreux enfants dans les pays riches. L’étude concerne 35 pays dits riches, parmi eux la quasi-totalité des membres de l’Union européenne mais aussi les Etats-Unis, l’Australie, le Japon, le Canada, la Suisse ou la Nouvelle- Zélande.

0
11062

L’Unicef révèle dans son rapport que dans les 35 pays étudiés, 30 millions d’enfants vivent dans la pauvreté. Ce chiffre a de quoi faire frémir. Un peu moins de la moitié de ces enfants, 13 millions, habitent au sein de l’Union européenne en comptant l’Islande et la Norvège. La France se situe ainsi à la 14e place sur 35 des moins bons élèves selon l’organisme international.

Situation de privation et pauvreté relative

Le rapport se fonde se deux critères différents : la situation de privation et la pauvreté relative.

Un enfant est considéré en situation de privation dès lors qu’il n’a pas accès à au moins deux des quatorze éléments essentiels à leur bien-être et à leur développement. Parmi ses quatorze éléments on retrouve 3 repas par jour avec de la viande, des fruits et des légumes, un endroit calme pour faire ses devoirs, des livres correspondants à leur âge, des chaussures, etc. La Roumanie (70 %), la Bulgarie (50 %) et le Portugal ont les taux les plus élevés. La France et l’Italie sont les seuls pays parmi les plus riches à dépasser les 10 % avec respectivement 10,1 % et 13,3 %. Les taux les plus bas se retrouvent dans les pays nordiques avec moins de 3 %.

La pauvreté relative révèle le pourcentage d’enfants vivant en dessous du seuil de pauvreté. Il faut savoir que ce dernier est distinct selon les pays puisqu’il correspond aux personnes vivant avec moins de 50 % du revenu national moyen dans ce rapport de l’Unicef. Les mauvais élèves sont les Etats-Unis, avec 23,1 % bien devant des pays nettement moins riches comme la Lettonie ou la Bulgarie, et la Roumanie avec 25,5 % de pauvreté relative. La France, quant à elle, avec 8,8 % se retrouve en 14e position.

La pauvreté des enfants, véritable problème français

Fabienne Quiriau, présidente de la Commission Enfance en France de l’Unicef France estime que le France compte 600 000 enfants mal logés et 20 000 enfants sans domicile fixe. La proportion d’enfants pauvres est même plus grande que la proportion d’adultes pauvres !
Les résultats du rapport sont à nuancer : faute d’étude récente, l’Unicef s’est basé sur des chiffres datant de 2009 qui ne prennent pas en compte les effets de la crise. Pourtant les enfants sont aussi touchés par ces derniers notamment ceux qui vivent tout juste au-dessus du seuil de pauvreté.

Les solutions préconisées par l’Unicef contre la pauvreté des enfants

La France n’obtient pas les meilleurs résultats. Toutefois, selon l’Unicef, c’est un Etat qui lutte activement contre la pauvreté infantile. Les dépenses publiques permettent de réduire le taux de pauvreté relative des familles et donc améliorer le quotidien des enfants. L’Unicef relève cependant le manque d’efficacité français. Pour lutter contre cela, l’organisation souhaite un suivi plus précis de l’enfant. L’Unicef regrette l’absence de la lutte contre la précarité infantile dans l’agenda politique.
Deux actions concrètes sont proposées par la présidente Fabienne Quiriau : la mise en place d’un Observatoire national de l’enfance et de la jeunesse pour un suivi optimal et la création d’un droit à la compensation de la pauvreté pour les enfants.

Anne-Ségolène Brun