PIP : 20% des porteuses se sont déjà fait retirer leurs prothèses mammaires

Depuis janvier, l’Afssaps a dénombré 5 000 retraits de prothèses mammaires PIP en France, ce qui représente 20% des porteuses d’implants. 2 000 ruptures de prothèses ont été constatées lors de ces opérations, un chiffre confirmant le caractère frauduleux de ces produits.

0
12152
PIP : 20% des porteuses se sont déjà fait retirer leurs prothèses mammaires ©ThinkStock

Le retrait des prothèses mammaires de la marque Poly Implant Prothèse (PIP) avance à un rythme soutenu. En France, 5 000 femmes porteuses sur 30 000, soit à peu près 20% d’entre elles, se sont déjà fait retirer les implants défectueux au cœur d’un incroyable scandale sanitaire selon les chiffres fournis mercredi par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). La recommandation du ministère de la Santé émise en décembre, qui préconisait une explantation dès que possible, a donc été bien entendue.

2 000 ruptures constatées sur 5 000 retraits

Au vu de l’état des prothèses retirées, les chirurgiens se sont vite rendus compte qu’il était impératif de les remplacer. Sur les 5 000 opérations effectuées depuis janvier, 2 000 ruptures de prothèses ont été recensées, dont la moitié pour des prothèses de moins de 5 ans. Pour Dominique Maraninchi, directeur général de l’Afssaps, «cela confirme la mauvaise qualité des implants PIP», d’autant qu’une prothèse ne se détériore pas à ce point avant dix ans.

Un million de porteuses de prothèses PIP dans le monde

Pour rappel, la grande majorité des prothèses PIP avait été conçue au moyen d’un gel de silicone industriel, donc non conforme aux normes de santé en vigueur. Le fondateur et ex-directeur de l’entreprise, Jean-Claude Mas, avait utilisé ce procédé pour faire des économies sur les coûts de fabrication et exporter ses produits partout dans le monde. Un million de femmes seraient ainsi porteuses de ses implants frauduleux, par ailleurs soupçonnés d’être cancérigènes suite à l’apparition de cancers chez 20 porteuses dont deux sont décédées.

Adrien Guiset