Place en crèche : l’aide financière du gouvernement

Le gouvernement l’a annoncé ce lundi 20 octobre. Une aide financière exceptionnelle sera versée aux communes pour améliorer l’accueil en crèche, et ainsi augmenter le nombre de places.

0
9418

En France, obtenir une place en crèche est un réel parcours du combattant. Il faut souvent beaucoup de motivation, une grande anticipation et un bon timing pur obtenir le Graal.

Pour répondre à cette pénurie de place en crèche communale, le ministère des Affaires sociales a annoncé lundi 20 octobre une aide exceptionnelle qui sera versée aux communes. Cette décision du gouvernement fait suite à la recommandation du Haut conseil de la famille, qui enjoignait l’Etat d’augmenter de 25 % les subventions apportées aux communes. Ainsi, l’aide passerait de 8 800 euros actuellement à 11 000 euros par place, en moyenne. Le gouvernement proposera au conseil d’administration de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) de suivre cette proposition et l’aide exceptionnelle devrait être créée d’ici 2015.

Des chiffres décevants pour 2013

Cette aide financière devrait également s’accompagner d’un « travail de simplification, par allègement des normes qui encadrent la construction de places en crèche », précise le ministère. L’objectif est d’augmenter de 275 000 le nombre de places d’accueil, réparties de la manière suivante : 100 00 places en crèche, 100 000 chez les assistantes maternelles et 75 000 en école maternelle. Si l’objectif affirmé est « ambitieux », il n’en reste pas moins insuffisant. On estimait en 2012 à 500 000 le nombre de places manquantes en crèche en France.

Et si la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, et la secrétaire d’État chargée de la Famille, Laurence Rossignol, assènent que « cet objectif sera tenu », les chiffres de 2013, eux, sont décevants. Seulement 10 706 places ont été créées l’année dernière, alors que les chiffres prévoyaient plus du double (21 155 places).

Lire aussi : Crèche : 10 % des places seront destinées aux enfants « pauvres »

Laurie Ferrère