Plus de café, moins de diabète

Selon une étude américano-singapourienne, les personnes augmentant leur dose quotidienne de café diminueraient le risque de développer du diabète.

0
2576
En buvant une tasse et demie de café en plus par jour pendant 4 ans, un consommateur diminue son risque de développer du diabète de 11 %. ©ShutterStock

Boire du café diminue-t-il le risque de diabète ? C’est en tout cas ce qu’avance une étude américano-singapourienne menée par le docteur Frank Hu de l’Ecole de santé publique d’Harvard, à Boston. Selon ses conclusions, un buveur de café qui augmente sa consommation quotidienne aurait moins de risque de développer du diabète qu’un buveur consommant tous les jours la même quantité.

Une étude en partie financée par Nestlé

Les travaux, publiés ce vendredi 25 avril dans la revue Diabetologia, se basent sur les résultats de trois études réalisées auprès de 120 000 sujets. Après analyses, les scientifiques se sont aperçus que le fait de boire une tasse et demie de café supplémentaire chaque jour pendant quatre ans engendrait une diminution des risques de 11 %. A l’inverse, le consommateur augmenterait le risque s’il buvait deux tasses de moins.

« Nous avons observé qu’une augmentation de la consommation de café, mais pas de thé, pendant quatre ans était associée à un risque diminué de diabète au cours des quatre années suivantes », explique le Dr Frank Hu. Les chercheurs ont fait ce constat à chaque fois, quelle que soit la quantité de café consommée initialement.

Cependant, « aucune recommandation de consommation de café ne peut être tirée de cette étude », relativisent les chercheurs, cités par le Science Media Center aux Etats-Unis. En effet, l’étude porte davantage sur l’augmentation de la consommation que sur le nombre de tasses de café bues par jour.

L’Association Américaine du Cœur a financé une majeure partie de l’étude, les fonds restant venant d’une bourse de recherche Nestec (filiale du groupe Nestlé) attribuée à l’un des auteurs pour étudier les effets de la consommation de café sur la sensibilité à l’insuline.

Mathilde Bourge