Pollution : les Vélib gratuits à Paris

Alors que l'alerte de pollution aux particules fines est toujours de mise après plus d’une semaine à Paris, la mairie prend des mesures et décrète la gratuité des Vélib et Autolib de la capitale jusqu’à nouvel ordre. Roulez jeunesse !

0
1348
Les efforts physiques trop intenses sont déconseillés lors de tels dépassements. ©Sipa

Le beau temps n’est pas annonciateur que de bonnes nouvelles. Alors que Paris profite depuis environ une semaine de températures quasi estivales, la capitale subit également le retour des allergies mais aussi des pics de pollution.

Mercredi 12 mars, le seuil d’alerte maximum à la pollution a été déclenché à Paris et dans sa région, pour la deuxième journée consécutive, selon l’agence Airparif. La mairie de Paris a donc réagi rapidement à ce problème en rendant le stationnement résidentiel gratuit, mais aussi l’utilisation de Vélib’ et d’Autolib’ à partir d’aujourd’hui, jeudi 13 mars, et ce jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Vélib’ : gratuité des tickets journaliers uniquement

Le service de presse de l’Hôtel de Ville de Paris explique également que la ville prendra à sa charge les dépenses liées à ces exonérations. Pour autant, ne prévoyez pas de visiter le tout Paris en vélo aux frais de la princesse.

« Pour les Vélib’ la mesure ne concerne pas les abonnements, mais seulement les tickets journaliers, à destination des personnes qui n’empruntent pas souvent les vélos en libre-service ». Comprenez ici, seul le ticket journalier à 1,70 euro ne sera pas décompté, mais passer les 30 premières minutes gratuites d’utilisation, vous serez facturé.

Pollution : pédaler moins nocif que rouler ?

Évitez tout de même de pédaler trop vite : les efforts physiques trop intenses sont déconseillés lors de tels dépassements. Même si, selon une étude de l’Observatoire régional de l’air en Midi-Pyrénées, les automobilistes sont les usagers les plus exposés à la pollution, suivis par ceux qui prennent le bus. Les métropolitains prennent eux la troisième place, suivis des cyclistes qui sont en règle générale les plus épargnés par la pollution, car ils ne risquent pas de se retrouver bloqués dans les bouchons, et ne souffrent pas des habitacles fermés.

Selon les prévisions de l’agence régionale de surveillance de la qualité de l’air, le seuil d’alerte à la pollution aux particules devrait être atteint pour la troisième fois consécutive jeudi, puis vendredi.

Sur le même sujet :

Lire aussi : Le vélo en ville, néfaste pour la santé ?

Lire aussi : L’air du métro est-il dangereux pour la santé ?

Lire aussi : Qualité de l’air : la pollution menace notre santé

Laurie Ferrère