Pour ne pas mourir trop jeune, ne vous disputez pas

Selon une étude danoise, se disputer continuellement avec ses proches augmenterait le risque de mort prématurée.

0
5137
Selon une étude danoise, se disputer continuellement avec ses proches augmenterait le risque de mort prématurée. ©ShutterStock

Ne vous disputez pas trop avec vos proches. Non seulement les accrochages réguliers peuvent nuire à votre moral, mais ils pourraient également être mauvais pour la santé. D’après une équipe de scientifiques danois, le stress provoqué par les altercations avec les amis, les amants et la famille augmenterait le risque de mort prématurée. Les chercheurs ont notamment constaté que les disputes constantes multipliaient le risque par trois.

Mais les querelles ne seraient pas le seul facteur mis en cause. La personnalité et la capacité de chacun à gérer le stress peut aussi impacter les résultats. L’hypertension artérielle ou les maladies cardiovasculaires sont également susceptibles d’augmenter les risques. « Les hommes répondent au stress par une augmentation des niveaux de cortisol, ce qui peut augmenter le risque de troubles de la santé », précise l’étude.

Pour les chercheurs, se constituer un réseau de soutien aurait un impact positif sur la santé. Ainsi, avoir de bons amis ou une vie de couple heureuse réduirait les risques.

Les hommes au chômage sont plus vulnérables

L’étude a été réalisée sur 9875 hommes et femmes âgés de 36 à 52 ans, et révèle que les hommes sans emploi sont particulièrement vulnérables aux effets des conflits dans leur vie. L’étude danoise indique qu’à niveau de stress égal, les individus au chômage étaient plus susceptibles de mourir que ceux qui avaient un emploi. Par ailleurs, les hommes semblent être particulièrement vulnérables aux inquiétudes et aux sollicitations de leurs partenaires féminines et de leurs enfants, qui augmentent de 50 % à 100 % le risque de décès toutes causes confondues.

Mathilde Bourge