Pour s’affranchir de l’euro il crée une nouvelle monnaie : l’occitan

Le pari fou que s’est lancé Jean François-Marques et deux de ses amis pour remplacer l’euro est tout simplement la création d’une nouvelle monnaie. Nommée Occitan, cette nouvelle monnaie a pour but de lutter contre la crise de l’euro.

0
1845
euros ©Sipa

Jean-François Marques « bistrotier » de 46 ans est un militant utopiste. Ce dernier a crée une nouvelle monnaie : l’Occitan. Egalement éditeur à « blablablah » (mensuel gratuit) publié à Pézenas (dans l’Hérault), considère sa création comme un acte militant et solidaire pour s’affranchir de l’euro. Alors qu’il était président des commerçants piscénois, ce « Vert militant » bat cette monnaie depuis déjà deux ans. Selon le site internet de La Dépêche, son idée est de « promouvoir le marché bio » et « favoriser l’économie locale ».

Un projet militant pour lutter contre la crise

L’objectif principal de Jean-François Marques est de s’affranchir du pouvoir des banques. Ce dernier n’est pas un novice en matière d’argent. Originaire de Saint-Nazaire, il reste 8 ans à Londres en passant par New York et en s’enrichissant dans le marché de l’immobilier. Il avance « L’argent, c’est comme la vigne dans un écosystème. Si un plant tombe malade, c’est toute la vigne qui meurt ». Affirmant qu’aujourd’hui la valeur de l’argent est totalement virtuelle et entre autres « la clé de nos emmerdes », il se lance alors dans un projet fou pour s’affranchir de l’euro. Il déclare « Il faudrait une monnaie pour spéculer, une autre pour échanger et une troisième juste pour la nourriture ».

« Liberté, Parité, Communauté »

Alors sur quoi repose le principe de cette nouvelle monnaie locale ? C’est simple : 1 occitan équivaut à 1 euro. Patron du tabac-journaux de Pézenac, Eric Mouleux affirme que l’occitan n’est pas « un palliatif à l’Euro, c’est complémentaire ». L’idée utopique de ce militant, ou plutôt « réaliste » d’après lui, est une affaire sérieuse. En 2011, on comptait déjà 250 adhérents-consommateurs qui ont fait circuler 6000 occitans. Jean-François Marques et ses deux amis avec lesquels il a monté ce projet peuvent déjà s’appuyer sur 48 commerces et restaurants.

L’occitan : une monnaie fédératrice

Cette affaire a même réussi à traverser la Manche. En effet, Jonathan Miller, ex-reporter au Sunday Times affirme que « ce n’est pas un défi à l’euro ou à la livre ». Au contraire cette nouvelle monnaie montre « l’indépendance vis-à-vis des grands Etats et rassemble les gens ». Il précise aussi qu’Outre- Manche il y a beaucoup de communes les monnaies locales existent déjà. Il est important de noter que l’occitan n’est pas hors-la-loi car l’association TAT (Terre à Terre) a été créée pour cette monnaie. Un bon moyen d’éloigner les gens de la crise de l’euro !

Laura Gerhard