Pourquoi faut-il s’inquiéter du « thigh gap », la nouvelle obsession des adolescentes ?

A en croire Twitter et son hashtag #ThighGap, certaines jeunes filles deviennent obsédées par l’écart entre leurs cuisses, apparemment nouveau critère de beauté. Jusqu’à mettre leur santé en danger.

0
5142
La nouvelle tendance du Thigh gap est dangereuse pour la santé (photo Twitter @lookingforthin)

Sur les réseaux sociaux, les adolescentes partagent photos et commentaires sur les cuisses des stars qu’elles adulent pour leur… #ThighGap ou « creux entre les cuisses ». Pour ces jeunes filles, obsédées par leur poids, la beauté se mesure en centimètres. Le top : avoir un écart prononcé entre le haut de ses deux jambes, comme Kate Moss ou Alexa Chung, lorsqu’on est debout, les pieds joints.

Le thigh gap, nouveau critère de beauté ?

D’après ces ados, le thigh gap est devenu une norme. Pour parvenir à se sculpter des jambes fines mais surtout écartées, certaines enchaînent les régimes et s’acharnent à faire du sport pour maigrir à l’intérieur des cuisses. Ce creux est considéré, par ces jeunes femmes, comme l’apothéose de la féminité et de la sensualité.

Les accros au thigh gap affichent quotidiennement leurs photos sur Twitter et Tumblr, sans qu’on y voit leur buste ou leur visage, car ce qui les importe ce sont leurs cuisses. La santé physique et morale devient secondaire.

Le problème est qu’une femme mince peut ne pas avoir ce thigh gap et se mettre en danger en continuant de maigrir pour creuser un peu plus ses jambes qui se touchent toujours. Pour faire fondre ses cuisses, il faut que le corps soit vraiment en état de privatisation.

Le thigh gap tient à une question de morphologie

Les adolescentes ne veulent pas comprendre qu’il s’agit d’une question d’anatomie et non de poids. Plus les hanches de la femme sont fines, moins l’écart est marqué entre les cuisses. Une demoiselle au bassin plus large, même si elle est ronde, a beaucoup plus de chances d’avoir un écart prononcé entre ses deux jambes.

La recherche de la minceur à tout prix, véhiculée par les médias, présente des risques importants pour la santé.

Solène Medjeri