Pourquoi la chanson des Enfoirés crée autant la polémique ?

La dernière chanson des Enfoirés est qualifiée de "réac" et "paternaliste" par les jeunes internautes. Et vous, qu'en pensez-vous ?

0
1846
La dernière chanson des Enfoirés est qualifiée de "réac" et "paternaliste" par les jeunes internautes. ©DR

À deux semaines du concert événement des Enfoirés, le dernier single du collectif, signé Jean-Jacques Goldman, ne fait pas l’unanimité. « Réac », « paternaliste », « déconnecté de la réalité »… Les qualificatifs peu élogieux ont fusé sur les réseaux sociaux, jusqu’à revenir aux oreilles des principaux intéressés. On vous explique pourquoi le titre « Toute la vie » fait autant polémique depuis quelques jours.

Le nouveau clip des Enfoirés met en scène un choc des générations. Les « vieux », interprétés par la troupe (dont font quand même partie Matt Pokora, Amel Bent, Tal ou Jean-Baptiste Meunir), s’opposent à un groupe de jeunes inconnus du grand public, sur des thèmes de société tels que le chômage ou la pollution. Au cours de la chanson, la jeune génération expose sa vision des temps modernes, bien loin de ce qu’ont vécu les plus anciens : « Vous aviez tout, paix, liberté, plein-emploi. Nous c’est chômage, violence et sida ». Ce à quoi les adultes répondent : « Tout ce qu’on a, il a fallu le gagner. À vous de jouer, mais faudrait vous bouger ». Des paroles maladroites, rapidement qualifiées de « réac » ou « donneuses de leçon » par les internautes, qui pensent que Jean-Jacques Goldman et ses compagnons jugent la jeunesse d’aujourd’hui fainéante et fataliste.

La réponse des Enfoirés

Touchés par la polémique créée par cette chanson, Les Enfoirés ont finalement réagi sur Twitter. « Non, la chanson ne blâme pas, elle encourage, c’est un message d’espoir pas de fatalité », revendiquent-ils.

Sur le site des restos du cœur, Jean-Jacques Goldman a également tenu à donner sa version des faits. Selon lui, le titre a mal été compris par le public.

« C’est une chanson dans laquelle les adolescents reprochent aux générations qui les ont précédés l’état du monde qu’ils leur laissent : pollution, chômage, violence, dette, misère (c’est un sujet qui n’est pas si fréquent…).

Les Enfoirés jouent le rôle des adultes qui leur répondent comme trop souvent : en se dédouanant et avec mauvaise foi, mais en espérant qu’ils feront mieux.

Le fait que la jeunesse nous demande des comptes me semble la moindre des choses.

Le fait que la chanson se termine en faisant confiance à l’avenir aussi. »

Une explication déjà raillée sur Twitter, comme en témoigne ce message :

 

Et vous, que pensez-vous de cette chanson ?

Mathilde Bourge