Pourquoi la SNCF fait grève ?

Une semaine que les cheminots de la SNCF perturbent le trafic ferroviaire. Mais au fait, pourquoi certains syndicats font grève ?

0
3813
Les syndicats de cheminots grévistes réclament le retrait pur et simple de la réforme ferroviaire du gouvernement ©ShutterStock

Depuis mardi soir dernier, un peu moins d’un tiers des cheminots font grève. Un mouvement qui perturbe fortement le quotidien des voyageurs, qui ne comprennent pas toujours les revendications des agents SNCF.

L’origine du conflit

Le mouvement des cheminots est essentiellement porté sur le projet de réforme ferroviaire du gouvernement – présenté dès cet après-midi à l’Assemblée nationale. A travers ce plan, le gouvernement prévoit la réunification de la SNCF et du Réseau ferré de France (RFF- qui gère les infrastructures). Le but ? Stabiliser le déficit chronique du secteur, qui traîne une dette de 44 milliards d’euros.

En 1997, la séparation des deux entités avaient été votée précisément dans le même but (réduire une dette de 20 milliards d’euros). Face à cet échec cuisant, le projet de réforme actuel vise désormais à créer une structure triple. Une société “mère” piloterait SNCF réseau, chargée de l’infrastructure, et SNCF mobilités, chargée de l’exploitation. Des mécanismes empêcheraient SNCF réseau de dépasser un certain niveau d’endettement, en sollicitant davantage les collectivités locales pour aider à l’équipement.

En outre, le projet prévoit initialement un “cadre social commun” pour les employés des trois entités, notamment en matière de durée du travail.

Pourquoi les cheminots sont contre ?

Les syndicats grévistes ne revendiquent pas exactement la même chose. La fédération CGT revendique une “réhumanisation” des gares et des trains. Thierry Nier, secrétaire fédéral du syndicat, explique qu’il souhaite “remettre des hommes et des femmes dans les guichets pour accompagner les voyageurs, des contrôleurs dans les trains pour assurer la sécurité et la sûreté le temps d’un projet”. A cela s’ajoute une demande de conditions sociales de vie et de travail “de haut niveau” pour les cheminots.

De leur côté, l’UNSA et SUD-Rail voudraient que la dette de la SNCF soit “reconnue comme dette publique” et donc “confiée à une structure juridique extérieure” pour permettre à RFF de continuer à investir.

Pour arriver à leurs fins, l’ensemble des syndicats grévistes réclame le retrait pur et simple du projet et une “vraie réunification” des groupes SNCF et RFF plutôt que la création d’une troisième entité supérieure.

Le point sur le trafic ce mardi 17 juin

Aujourd’hui, la SNCF prévoit 6 trains sur 10 en moyenne. 4 TGV sur 10 circuleront sur l’axe Sud-Est et les TGV province-province. 6 trains sur 10 rouleront sur les axes Nord et Atlantique. 2 TGV sur 3 sur l’axe Est.

6 TER sur 10 et 4 Intercités sur 10 circuleront ce mardi 17 juin.

Le trafic ne sera pas perturbé sur les lignes Ouigo, Eurostar et Thalys.

En Ile-de-France, 1 RER B est prévu toutes les dix minutes à Paris Nord, un RER D passera toutes les quinze minutes aux heures de pointe, 1 RER C sur 2 circulera et 1 rame sur 3 est prévue sur la ligne E.

Mathilde Bourge