Poutine offre la citoyenneté russe à Depardieu

En décembre, Vladimir Poutine déclarait que si Depardieu souhaitait obtenir la citoyenneté russe, c'était "une affaire réglée". C'est désormais chose faite.

0
1983

« Si Gérard veut vraiment avoir un permis de séjour ou un passeport russe, c’est une affaire réglée, et de manière positive », expliquait Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse fin décembre. Et visiblement, il ne s’agissait pas de paroles en l’air, puisque les services du Kremlin viennent d’annoncer que le président russe avait signé un décret accordant la citoyenneté russe à l’acteur « conformément à l’alinéa A de l’article 89 de la Constitution ». Cet article permet au président russe de « régler les questions de citoyenneté de la Fédération de Russie et de l’octroi du droit d’asile. »

Si Poutine a signé ce décret, c’est pour signifier à Gérard Depardieu qu’il est le bienvenu en Russie, puisque ce dernier avait fait part de sa volonté de rendre son passeport français pour protester contre la taxation à 75 % des plus riches. S’il devenait russe, l’acteur bénéficierait des mêmes droits et devoirs que les autres citoyens de la Fédération.

Lire aussi : Exil fiscal de Depardieu : pas si simple de devenir belge

Pourtant, le premier choix de Depardieu penchait pour la Belgique, où il a d’ailleurs posé ses bagages depuis fin 2012. Cependant, en décembre, l’acteur n’avait toujours pas entamé les démarches. Aurait-il changé d’avis depuis la censure par le Conseil constitutionnel du texte établissant la taxation à 75 % des contribuables les plus aisés ? Selon ses dires, cette décision n’aurait « changé en rien » sa volonté de quitter la France.

La procédure pour obtenir la nationalité belge n’est pas gagnée d’avance pour autant. Il faut en effet justifier de cinq ans de résidence dans le pays ou bien passer par le régime accéléré. Pour cela, l’acteur devra prouver qu’il a des « attaches véritables dans le pays ». Mais l’acteur a plus d’un tour dans son sac. Si la Belgique ne veut pas de lui, il se tournera vers le Monténégro, où il dit avoir « des amis et des affaires » ou encore la Russie. « Poutine m’a déjà envoyé un passeport », plaisantait-il en décembre. C’est désormais chose faite.

Mathilde Bourge