Présidentielle : François Bayrou a présenté son programme économique

En marge de la signature du « contrat social » de la Fondation Abbé Pierre mercredi dernier, François Bayrou, le candidat du Modem à l’élection présidentielle, a annoncé son programme économique. Se présentant comme « le candidat de la vérité », il n’a pas caché aux Français qu’il souhaitait réduire les dépenses de l’État au maximum pour atteindre le zéro déficit en 2016.

0
2647
François Bayrou a présenté son programme économique ©SIpa

La journée du mercredi 1er février a été chargée entre la signature du « contrat social » de la Fondation Abbé Pierre par quatre candidats à la présidentielle et « l’enfarinage » de François Hollande. Ces deux événements très médiatisés ont presque failli nous faire passer à côté d’une information politique tout aussi importante : la présentation du programme économique de François Bayrou. Le leader du Modem, actuellement quatrième dans les sondages derrière François Hollande, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, est un outsider sérieux pour un accès au second tour. Il se présente comme « le candidat de la vérité », et sa vérité, économique en l’occurrence, est loin d’être optimiste. Son objectif majeur est d’arriver à un redressement des finances publiques en 2016.

Son combat contre l’endettement passe forcément par une politique de rigueur. Il s’engage à geler les dépenses publiques de l’État, des collectivités territoriales et de la sécurité sociale jusqu’en 2014. François Bayrou prévoit également d’augmenter les recettes de l’État de 50 milliards d’euros par un coup de rabot sur les niches fiscales, une augmentation de la TVA d’un point dès 2012, et d’un autre point en 2014 si la croissance ne se manifeste pas ainsi qu’une hausse de l’impôt sur le revenu et l’impôt sur la fortune.

«On ne peut pas rééquilibrer les budgets sans que l’État ne fasse des économies»

Le candidat centriste a profité de son discours pour fustiger le « manque de cohérence dans l’intervention de Nicolas Sarkozy. Il annonce qu’il n’augmentera pas les impôts mais il augmente la TVA sociale ». François Hollande n’est pas en reste, lui aussi critiqué pour son « manque de cohérence et de crédibilité ». « On ne peut pas rééquilibrer les budgets sans que l’État ne fasse des économies » poursuit François Bayrou.

Ce programme était à caractère purement économique et M. Bayrou devrait prochainement annoncer des mesures concrètes pour ses autres priorités, l’éducation, la santé et le social.

A l’heure où le socialiste François Hollande culmine en tête des intentions de vote par (le relatif) élan d’espoir qu’il suscite, reste à savoir comment les Français vont accueillir les engagements du candidat du Modem qui les invite explicitement à « se serrer la ceinture » pour le bien du pays.

Adrien Guiset