Prime de Noël reconduite : pour qui et comment ?

Ce n’est pas cette année que la prime de Noël augmentera. En revanche sa reconduction, confirmée ce matin par la ministre des affaires sociales Marisol Touraine, bénéficiera à près d'1 830 000 d’allocataires de minimas sociaux.

0
1892
Le montant de la prime de Noël s'élève à 152 € pour une personne seule et 320 € pour un couple avec deux enfants. ©ShutterStock

C’est l’annonce faite ce matin par la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine : la prime pour Noël, bien que non augmentée, sera reconduite. Malgré les nombreuses mesures d’économies budgétaires, le gouvernement a décidé de conserver cette aide exceptionnelle, coûtant 400 millions d’euros à l’État. Elle a été instaurée pour la première fois en 1998 sous le gouvernement Jospin en réponse à la pression du mouvement des chômeurs, et depuis, bénéficie tous les ans aux plus démunis. Aujourd’hui, la ministre annonce près d’1 830 000 bénéficiaires. Le montant de la prime de Noël s’élève à 152 € pour une personne seule et 320 € pour un couple avec deux enfants.

La prime de Noël versée automatiquement

La prime de Noël se destine principalement aux allocataires de certains minimaux sociaux tels que le RSA, l’allocation solidarité spécifique (ASS), l’allocation équivalent retraite (AER), l’allocation transitoire de solidarité (ATS) et la prime forfaitaire de reprise d’activité. En revanche, les bénéficiaires du RSA activité (aide qui complète les petits revenus) ne pourront pas prétendre à la prime.

Selon le profil de la personne, l’aide est versée soit par la Caf soit par Pôle emploi. Le principe est simple : les personnes concernées reçoivent automatiquement le versement de la prime quelques jours avant Noël, aucune démarche particulière n’étant donc requise.

Les autres formes de solidarité pour Noël

En ces périodes de fêtes, les associations (Croix Rouge, Secours populaire…) se mobilisent pour la collecte de dons. Marisol Touraine a d’ailleurs annoncé un soutien financier de 50 000 € aux Restos du cœur. Le dernier rapport annuel du Secours catholique, publié au mois novembre dernier a, en effet, fait apparaître des observations plutôt inquiétantes sur l’état de la pauvreté en France. En 2013, l’association recevait 1 477 000 personnes et les revenus moyens de ces derniers étaient de 515 euros par mois.

Si en France, la pauvreté touche un peu moins d’individus, son intensité s’est accrue pour ceux qui en souffraient déjà, selon une autre étude de l’Insee portant sur les niveaux de vie en 2012. 

Marie-José Weigel