Prothèses PIP : Jean-Claude Mas en prison

Le fondateur de l’entreprise de fabrication des prothèses mammaires frauduleuses PIP, Jean-Claude Mas, a été incarcéré le mardi 6 mars à Marseille pour défaut de paiement de sa caution de 100 000 euros.

0
1469
Prothèses PIP : Jean-Claude Mas en prison ©SIpa

Jean-Claude Mas est désormais derrière les verrous. Le fondateur de la société Poly Implant Prothèses (PIP) a été incarcéré hier à la prison des Baumettes de Marseille pour défaut de paiement de caution. L’homme de 72 ans était déjà mis en examen pour « blessures involontaires » depuis fin janvier et placé sous contrôle judiciaire par la juge Annaïck Le Goff contre le versement d’une caution de 100 000 euros. Une somme non réglée qui le conduit directement en prison.

Même écroué, l’ancien président de l’entreprise varoise de fabrication de prothèses mammaires liquidée en 2010 n’a pas fini de faire parler de lui et le scandale sanitaire est encore présent dans toutes les têtes. Entre 400 000 et 500 000 femmes sont porteuses de ses implants frauduleux à travers le monde. Conçues à partir d’un gel de silicone industriel fait maison pour réduire les coûts de fabrication, les prothèses de Jean-Claude Mas présentent un risque de rupture supérieur à la moyenne et causent des irritations. Elles seraient même à l’origine de cancers du sein mais le lien de causalité n’a (pour l’instant) pas été démontré. L’homme d’affaire avait d’ailleurs admis que ses produits étaient sciemment fabriqués à partir d’un gel non homologué pour un usage médical afin d’économiser de l’argent mais nie toujours leur toxicité.

Loin d’en avoir fini avec la justice, M. Mas est encore poursuivie pour « tromperie aggravée », un chef d’accusation qui l’enverra devant le tribunal pour un premier procès à la fin de l’année ou début 2013 à Marseille.

Adrien Guiset