Puberté : les garçons de plus en plus précoces

D'après une étude publiée le 20 octobre, l'Académie américaine de pédiatrie révèle que les garçons atteignent l'âge de puberté plus tôt qu'il y a plusieurs décennies.

0
8955
Les garçons deviennent adultes plus tôt que les générations précédentes. ©ThinkStock

Les garçons deviennent adultes plus tôt que les générations précédentes. C’est ce que révèlent les recherches réalisées par l’Académie américaine de pédiatrie (American Academy of Pediatrics – AAP). Tout comme les filles, les garçons développent les premiers signes de puberté 6 mois à 2 ans plus tôt par rapport aux études précédentes.

Enfin une étude sur la puberté masculine !

Le phénomène des mini-miss révèle le développement de plus en plus précoce des jeunes filles aux États-Unis. Mais qu’en est-il chez les garçons ? Cette enquête de l’AAP est la première à étudier l’évolution des jeunes Américains sur une période de 25 ans. 212 spécialistes ont ainsi observé 4 131 garçons américains pour mener à bien ce projet de recherche.

Si cette étude sur la puberté chez les garçons survient plus tard que celles publiées sur les filles, c’est, comme le souligne CNN, parce qu’il est plus compliqué de repérer les premiers signes de puberté chez la gent masculine. Le Dr Marcia E. Herman-Giddens, pédiatre à l’université Chapel Hill (Caroline du Nord) et principal auteur de l’étude, se réjouit de la publication de cette enquête : « Ces données contemporaines sur l’âge de la puberté chez les garçons étaient nécessaires non seulement pour les pédiatres, les experts en santé publique, mais aussi pour les parents. »

Les garçons afro-américains plus précoces

Principal constat : les garçons afro-américains sont les plus précoces. Ils connaissent ainsi les premiers signes de puberté à l’âge moyen de 9,1 ans, alors que cette moyenne est à 10 ans chez les garçons hispaniques et à 10,1 ans pour les blancs non-hispaniques. Les études précédentes évaluaient l’âge moyen à 11,5 ans.

Quant à savoir pourquoi l’âge de la puberté a diminué au fil de ces dernières années, aucune réponse n’est clairement proposée par les chercheurs. Selon les spécialistes, le renforcement de la sédentarité, l’augmentation de l’obésité et l’utilisation accrue de produits chimiques dans l’alimentation pourraient bien expliquer, en partie, cette évolution. Chez les filles, les études révèlent que la prise de poids, directement liée à la production d’œstrogène (hormone sexuelle de la femme), serait l’un des principaux facteurs de cette arrivée plus précoce à l’âge adulte.

Cécile David