Pyrénées-Atlantiques : des malaises en série dans un collège

Tous les cours d'un collège des Pyrénées-Atlantiques ont été suspendus en raison de plusieurs malaises inexpliqués, survenus au cours du dernier mois.

0
1371
l'Agence régionale de santé (Aquitaine) a reçu 188 signalements de malaises depuis le début de mois de mars. - image d'illustration - crédit photo : bizoo_n ©ThinkStock

Le collège Jean-Moulin, à Artix (Pyrénées-Atlantiques), devrait être fermé jusqu’au 11 avril, rapporte le journal Sud Ouest. Depuis plus d’un mois, plusieurs élèves ont été pris de malaises inexpliqués. « Conformément à la position de l’Institut de veille sanitaire (InVS) en Aquitaine », l’Agence régionale de santé (ARS) a recommandé la suspension des cours ce mercredi 9 avril et ce, jusqu’à vendredi soir.

Malaises : 174 signalements depuis le 27 mars

Au moins une centaine d’élèves ont fait des malaises depuis le début du mois de mars. Au départ, le directeur de l’établissement pensait qu’il s’agissait d’une intoxication au monoxyde de carbone mais les tests se sont avérés négatifs. L’ARS doit lancer une enquête plus approfondie au sein des locaux. Pour permettre la mise œuvre des investigations, l’inspecteur d’académie des Pyrénées-Atlantiques a pris la décision de fermer l’établissement.

En réalité, le collège reste ouvert « mais aucun enseignement ne sera dispensé », précise au quotidien l’inspecteur. « Cette recommandation est fondée sur l’application du principe de précaution et en raison de l’inquiétude installée au sein de cet établissement, dans un contexte de recrudescence des symptômes signalés chez les élèves depuis le 3 mars », explique dans un communiqué l’Agence régionale de santé. Les personnes concernées présentaient des céphalées, des problèmes respiratoires et des sensations de vertige.

Depuis le début du mois de mars, l’ARS a reçu 188 signalements, dont 174 depuis le 27 mars.

Sur le même thème :

Lire aussi : Yvelines – Plus de 60 victimes d’intoxication alimentaire dans un lycée

Lire aussi : Val-d’Oise – Un cas de tuberculose dans une crèche

Damien Rigat