Que faire contre le harcèlement à l’école ?

Ce vendredi 6 février, Najat Vallaud-Belkacem présente ses mesures contre le harcèlement à l'école. Chaque année, 700 000 enfants en seraient victimes de façon plus ou moins modérée.

0
2236
700 600 élèves sont victimes de harcèlement à l'école. ©ShutterStock

Chaque année, 700 000 élèves sont victimes de harcèlement. Pour améliorer la vie de ces enfants et éviter le pire, Najat Vallaud-Belkacem présente ce vendredi 6 février de nouvelles mesures pour lutter contre ce fléau. Lesquelles ? Réponse à tout vous explique.

383 380 élèves victimes de harcèlement sévère

L’ensemble des mesures imaginées par la ministre de l’Education nationale s’inscrit dans la continuité d’une action entamée il y a trois ans. Le but de N. Vallaud-Belkacem est aujourd’hui de sensibiliser, prévenir, former et prendre en charge les victimes de harcèlement physique ou moral, parfois poussées jusqu’au suicide.

Parmi les solutions imaginées : un renforcement de la formation sur le harcèlement pour les professeurs du premier degré. Les professeurs des écoles devraient bientôt avoir accès à un parcours dédié sur la plateforme M@gistère. En début de semaine prochaine, le ministère de l’Education enverra également un courrier au personnel des établissements scolaires pour une « Journée mondiale pour un internet plus sûr », « leur rappelant les différents outils mis à leur disposition pour travailler autour du harcèlement ».

Le ministère aidera aussi les parents de victimes en mettant à leur disposition une carte interactive indiquant les établissements d’aide les plus proches, comme la maison des adolescents ou des spécialistes de l’accompagnement psychologique.

Enfin, Najat Vallaud-Belkacem compte remplacer les deux numéros verts mis en place fin 2013 par un numéro unique à 4 chiffres, plus facile à retenir. Les médias devraient également être mis à contribution « pour briser le silence » en 2016.

Le ministère de l’Education estime à 383 830 le nombre de victimes de harcèlement sévère chez les élèves du CE2 au lycée ; 700 600 en incluant le harcèlement modéré.

Mathilde Bourge