Quel goût a la chair humaine ?

Un jeune artiste norvégien affirme avoir mangé sa propre chair. Loin du cannibalisme, l’auteur des faits explique qu’il s’agissait plutôt d’une expérience, d‘« un processus naturel ».

0
3046
Il compare le goût de sa hanche à du « mouton sauvage ». ©ShutterStock

Des histoires de cannibalisme, on en connait. Mais celle racontée dans par le journal norvégien The Local est des plus originales. Alexander Selvik Wengshoel raconte dans les colonnes du média, qu’il a dégusté un peu de sa propre chair, le tout au cours d’un repas savamment préparé, agrémenté de pomme de terre et arrosé de vin.

La chair humaine : un goût de mouton sauvage

L’histoire commence il y a quelques années, lorsque le jeune artiste se fait retirer sa hanche, déformée de naissance, au profit d’une prothèse. Alexander Selvik Wengshoel demande alors aux chirurgiens s’il peut conserver sa hanche, qu’il affirme vouloir exposer.

Mais lors de l’exposition de son travail de fin d’études, l’élève de l’Académie d’Art contemporain de Tromsø, en Norvège, révèle qu’il a mangé sa propre hanche dans le cadre de son travail artistique. C’est en nettoyant l’os que l’idée lui a traversé l’esprit : « Je devais faire bouillir le tout, pour arriver à l’os, j’ai commencé à gratter la chair et me suis dit : ‘ Pourquoi pas ?’ » raconte-t-il. « Je me suis préparé un dîner pendant que ma petite amie travaillait et j’étais décidé à passer un agréable moment ».

Et si Alexander Selvik Wengshoel explique également qu’il n’y avait pas assez de chair, et qu’il s’agissait plutôt d’un « apéritif », l’homme ne cache pas qu’il y en avait suffisamment pour en trouver le goût, qu’il compare à du « mouton sauvage, comme un animal qui aurait mangé des champignons dans la montagne ».

Quelle limite donner à l’art ?

Pour ce jeune homme de 25 ans, manger cette hanche qui l’a fait souffrir pendant de longues années, ressemblait plus à une sorte de catharsis, à « un processus naturel » pour en finir avec « elle ». La boucle est bouclée.

Mais la démarche artistique n’a pas convaincu tout le monde, « certains aimaient, d’autres comprenaient, et certains se sont énervés » se souvient-il. L’artiste lui en est fier : « C’est agréable d’amener les gens à penser leur propre corps et ce qu’il possible de faire avec le corps ».

Que penser de cette histoire ? Interrogé sur la véracité des faits, Alexander Selvik Wengshoel répond simplement qu’il « n’a pas à convaincre qui que ce soit ». Là est tout le mystère de l’art.

Sur le même sujet

Lire aussi : Insolite : une Américaine se marie avec … elle-même !

Lire aussi : Insolite : il met sa vie en vente sur eBay pour à 3,5 M§

Laurie Ferrère