Ramadan : Comment s’organisent les footballeurs musulmans ?

Le ramadan débute ce week-end. Et la Coupe du monde se poursuit... Comment les joueurs de foot de confession musulmane s'organisent-ils ? Peuvent-ils aménager leur mois de jeûne en fonction du calendrier des rencontres ? Réponses.

0
4308
Les médecins recommandent ainsi aux footballeurs concernés par le ramadan de boire au moins deux litres d'eau le soir, au moment de la rupture du jeûne. - photo : Algérie-Russie, Coupe du monde 2014 - crédit : Sipany ©Sipa

Hier soir, jeudi 26 juin, l’équipe d’Algérie s’est qualifiée en huitième de finale de la Coupe du monde pour la première fois de son histoire. Les Fennecs poursuivent la compétition alors que le ramadan débute ce week-end. Plusieurs équipes encore en lice (Algérie, Nigeria mais aussi l’Allemagne et la France) comptent en leur sein des footballeurs de confession musulmane. Vont-ils faire le jeûne ?

Ramadan : attention au risque de déshydratation

Le mois de ramadan s’ouvre cette année le samedi 28 juin ou le dimanche 29 juin (date précise encore inconnue). S’ils respectent la tradition, les joueurs pourraient rapidement souffrir de déshydratation, d’autant plus que le climat brésilien est chaud et humide. Une carence en eau augmente le risque de blessure, en particulier au niveau des muscles, des articulations et des lombaires. Les médecins recommandent ainsi aux sportifs concernés de boire au moins deux litres d’eau le soir, au moment de la rupture du jeûne.

Autre danger : le risque d’hypoglycémie. Lorsque l’on pratique une activité physique à jeun, l’organisme élimine en premier les sucres et les acides gras, puis s’attaque aux réserves de protéines, de graisses et de glycogènes. Résultat : le joueur s’affaiblit rapidement.

Les joueurs doivent adapter leur alimentation et préserver leur temps de sommeil

Conscients des risques encourus, certains entraîneurs ont pris la décision d’adapter les séances d’entraînement. Christian Gourcuff, entraîneur au Qatar en 2002-2003 et pressenti pour devenir le futur sélectionneur de l’équipe nationale d’Algérie, expliquait en 2011 à L’Équipe qu’il ménageait ses joueurs musulmans pendant le ramadan : « [Pour eux], c’est un seul entraînement par jour ».

Un imam suit les joueurs de l’équipe d’Algérie tout au long de la Coupe du monde. Ils ont aussi à leurs côtés le docteur Hakim Chalabi, l’un des référents de la Fifa concernant le jeûne chez les footballeurs. Les joueurs observant le ramadan vont devoir adapter leur alimentation au cours de cette période. « Le niveau de nutrition doit changer. Il faut aussi modifier la qualité des aliments, afin de s’adapter à l’exercice », précise le Dr Chalabi (France Info). Il conseille également aux sportifs d’augmenter la durée de leur sieste l’après-midi pour récupérer une partie de leur temps de sommeil perdu en raison de la prise d’un repas nocturne.

Décaler le mois de jeûne ?

Plus rare, les joueurs pourraient bénéficier d’une dérogation d’un imam pour adapter leur mois de jeûne à leur calendrier sportif. Ils pourraient, par exemple, décaler de quelques heures la période de jeûne ou la reporter. Un aménagement que l’on autorise habituellement pour les personnes malades ou les femmes enceintes. « Quand j’étais professionnel, je faisais le ramadan, mais en l’aménageant. Je ne jeûnais jamais les jours du match, et je rattrapais ces journées plus tard dans l’année, comme le Coran l’autorise », racontait en 2010 à Jeune Afrique Walid Regragui, ancien international marocain.

Un footballeur peut-il réellement obtenir cette dérogation ? « Le Coran n’évoque pas en particulier le football, nous indique-t-on à la Grande Mosquée de Paris. Le jeûne est une obligation pour tous ceux qui sont en capacité de l’accomplir mais il est fortement recommandé de ne pas l’observer si on se met en danger. En ce qui concerne les footballeurs, je ne crois pas que ce soit le cas. Pour eux, il s’agit plus d’un problème de conscience. Certaines fédérations font des accommodements pour leurs joueurs mais d’autres enjeux, loin de la religion, motivent leur décision. »

Ramadan : Didier Deschamps n’a donné aucune consigne à ses joueurs

Côté français, Didier Deschamps n’a donné aucune indication aux membres de l’équipe. « On respecte la religion de tout le monde, rappelle le sélectionneur des Bleus. Les joueurs ont l’habitude, ce n’est pas aujourd’hui que l’on découvre la situation. » À eux de s’adapter comme bon leur semble. Le milieu de terrain allemand Mesut Özil a, lui, décidé de ne pas faire le ramadan cette année : « Je travaille et je vais continuer à le faire ».

Paradoxalement, certains joueurs observant le jeûne se dépassent. « Il y a des sportifs qui ont de meilleurs résultats pendant le ramadan parce que le jeûne est désiré. Cela peut même devenir une aide spirituelle et psychologique », observe le docteur Hakim Chalabi.

Sur le même thème :

Lire aussi : Le ramadan, qu’est-ce que c’est ?

Lire aussi : Comment faire le ramadan quand on vit dans un pays où le soleil ne se couche pas ?

Cécile David