Réchauffement climatique : fonte record de la calotte glacière du Groenland

La Nasa a constaté que 97 % de la surface gelée du Groenland avait fondu. Un record qui pourrait contribuer à la montée des eaux.

0
2885
la calotte glacière du Groenland: fonte record ©DR

Cela fait plus de trente ans que l’Agence spatiale américaine (Nasa) observe, depuis ses satellites, la surface gelée du Groenland. Et les chercheurs ont été plus que surpris lorsqu’ils ont découvert les dernières images du site. «C’est tellement sans précédent que je me suis d’abord interrogé sur le résultat: était-ce bien réel ou était-ce dû à une erreur de données?», a commenté Son Nghiem, expert.

Mais la Nasa, en recalculant les données, est arrivé au même résultat : la surface gelée du Groenland a fondu comme jamais durant ce mois de juillet. A partir des résultats dévoilés par trois satellites, les experts ont donc eu la malheureuse surprise de voir que la calotte glacière avait fondu à 40 % le 8 juillet… Et à 97 % le 12 !

Seulement quelques jours après qu’un iceberg deux fois plus grand que Paris se soit détaché d’un glacier du Groenland, les scientifiques tirent la sonnette d’alarme ? «Cet événement, combiné à d’autres phénomènes naturels mais rares, comme le monumental décrochage la semaine dernière sur le glacier Petermann, font partie d’un ensemble complexe», a ajouté Tom Wagner, responsable de la Nasa.

Faut-il vraiment s’inquiéter ?

La fonte de la surface glaciaire du Groenland est habituelle. Chaque année, la Nasa constate que la moitié de la calotte glacière fond mais regèle très rapidement en altitude, est retenue par les glaces des régions côtières ou bien s’écoule dans l’océan.

«Mais cette année, l’ampleur de la fonte à la surface ou près de la surface a connu une hausse brutale » s’inquiète l’Agence spatiale, qui ajoute également que le point le plus haut de la calotte, situé à 3 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, commençait également à dégeler. Une différence qui, si elle se reproduit trop souvent, pourrait avoir un impact sur le niveau de l’eau.

La glaciologue Lora Koenig tient à relativiser le phénomène, en expliquant que ce type de fonte se produit environ tous les 150 ans, « la dernière ayant eu lieu en 1889, cet événement est bien au rendez-vous. Mais si nous continuons à observer ce type de fonte au cours des prochaines années, ce sera angoissant» admet-elle.

Mathilde Bourge