Rentrée scolaire 2015 : ce qui change cette année

Les 855 000 enseignants poussent ce lundi 31 août les portes des écoles, collèges et lycées, soit une journée avant l’arrivée des plus de 12 millions d’élèves. Cette année, la rentrée s’annonce pleine de nouveautés, en attendant les bouleversements de programmes en 2016.

0
1411
Rentrée scolaire 2015 : ce qui change cette année ©ShutterStock

De la maternelle à la terminale, la rentrée 2015 apporte son lot de bouleversements. La ministre de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem poursuit les réformes programmées dans la loi sur l’école de 2013 de Vincent Peillon.

Tout d’abord du côté des zones de vacances, le grand changement de cette rentrée. Dans le cadre de la réforme territoriale, la France passera officiellement en janvier de 22 à 13 régions. Ce qui implique un nouveau zonage, et ce dès la rentrée 2015. Ainsi, les académies de Besançon, Bordeaux, Dijon, Limoges, Poitiers rejoignent la zone A. La zone B sera rejointe par les académies de Nacy-Metz, Nantes, Rennes et Caen. Quant à la zone B, celles de Toulouse et Montpellier viendront s’y ajouter. Les plannings des vacances de février et de printemps ont été modifiés.

Des nouveaux programmes

Pour l’école maternelle, le nouveau programme d’enseignement sera lancé. Il accordera plus de place au vocabulaire, au jeu et à la socialisation. Il se déclinera en cinq domaines d’apprentissage : « mobiliser le langage dans toutes ses dimensions », « Agir, s’exprimer, comprendre à travers l’activité physique », « Agir, s’exprimer, comprendre à travers les activités artistiques », « Construire les premiers outils pour structurer sa pensée » et « Explorer le monde ».

Très attendu après les attentats de janvier et les perturbations de la minute de silence dans les établissements scolaires, l’Enseignement moral et civique (EMC) sera au programme des élèves du CP à la terminale. Un cours obligatoire. L’un des objectifs est de permettre aux élèves de comprendre le principe de laïcité. Les syndicats d’enseignants avaient demandé son report à la rentrée 2016, jugeant cette mise en application trop rapide. Mais Najat Vallaud-Belkacem a préféré ne pas attendre et le mettre en place dès cette rentrée 2015, au regard des enjeux.

Le lancement du plan numérique au lycée. À partir de la rentrée, un enseignement « Informatique et création numérique » sera délivré aux classes de seconde et technologique. Les élèves et les enseignants seront munis d’ordinateurs portables, des tablettes et des tableaux numériques. Il s’agit de la première phase du plan numérique annoncé par François Hollande en mai. 

Enfin, les élèves de CE2 seront évalués à travers des tests de mathématiques et de français dès la rentrée. L’objectif, permettre aux enseignants d’identifier les difficultés et de mettre des réponses adaptées à chaque enfant. Les notes de ces tests ne seront pas intégrées à la moyenne. 

Le calme avant la tempête

La rentrée 2015 se veut tout en douceur mais ce ne sera pas le cas l’année prochaine avec la mise en application de la réforme du collège, très critiquée de la part des syndicats d’enseignants. Toute l’organisation pédagogique du collège sera ainsi modifiée. Du français à l’histoire en passant par les langues vivantes, les programmes seront remaniés. La première langue sera intégrée aux enseignements des la CP et la deuxième dès la 5e.

Ce lundi 31 août, la ministre de l’Éducation a confirmé, dans une interview accordée au Parisien, que la réforme du collège s’appliquera bien en 2016. Alors que le Snes-FSU, principal syndicat d’enseignants du second degré appelle à une nouvelle grève en septembre, Najat Vallaud-Belkacem estime qu' »un malentendu s’est installé » avec les profs. « On oublie trop souvent que cette réforme a été concertée longuement avant d’être adoptée. Un malentendu s’est installé, comme si tout venait d’en haut alors que chaque mesure a été inspirée par le terrain », souligne-t-elle.

Sur l’évaluation des élèves, la ministre annonce qu’ « il y aura toujours des notes. En revanche, la façon dont on note va évoluer… L’évaluation doit être plus claire, plus exigeante, mieux comprise des parents et des élèves. »

Lire aussi : Réforme du collège : quels changements sont à prévoir ? 

Marine Vautrin