RGO : un bébé sur deux traité inutilement contre les reflux gastriques

Une étude française a refait surface aux journées francophones d’hépato-gastro-entérologie. Selon cette dernière, un enfant sur trois traité contre les reflux gastro-oesophagien (RGO) n’en aurait pas besoin.

0
1582
80 % des médicaments prescrits contre les RGO sont inutiles ©ThinkStock

En France, 10 % des enfants souffrent de reflux gastro-oesophagien (RGO). 97 % des enfants diagnostiqués prennent un ou plusieurs médicaments par jour. Or, selon une étude française présentée aux journées francophones d’hépato-gastro-entérologie, la moitié n’en aurait pas besoin. Bien que cela ne soit pas dangereux, cette tendance coûte cher à la sécurité sociale.

RGO : des médicaments trop facilement prescrits

Publiée dans l’European Journal of Pediatrics en décembre 2012, l’étude montre qu’environ 80 % des médicaments sont inutiles. Cette affection conduisant aux renvois du contenu de l’estomac dans l’œsophage est souvent confondue avec de simples rots après le biberon. Les RGO peuvent intervenir jusqu’à deux heures après le biberon et provoquer l’irritation de l’œsophage et des brûlures d’estomac.

Pour rassurer les parents, les médecins auraient tendance à prescrire trop systématiquement un traitement médicamenteux, alors que les spécialistes préconisent d’autres méthodes.

RGO : un traitement alimentaire conseillé

Des conseils hygiéno-diététiques, de puériculture ou des changements d’habitudes alimentaires pourraient suffire pour guérir ces reflux.

La société américaine de pédiatrie affirme que les RGO ont une cause souvent physiologique. 85 % des RGO disparaissent lors des premiers pas du bébé. Le simple fait de desserrer les couches ou d’éviter la position horizontale pourraient soulager l’enfant d’après Frédéric Gottrand, l’un des auteurs de l’enquête.

Charlotte Loisy