Roland Garros : les fans de Plus belle la vie mécontents

Pendant la quinzaine des Internationaux de France de tennis, la série Plus belle la vie, sur France 3, sera retardée. Les fans de la série sont dans l'incompréhension totale.

0
6449

C’est atroce ! A cause de la diffusion tardive de Roland Garros sur France 3, les fans de « Plus Belle La Vie » doivent patienter pour regarder leur programme favori. Il arrive même parfois que la série soit carrément annulée si un match dure trop longtemps. L’horreur !

Les aficionados n’ont pas tardé à manifester leur mécontentement sur Facebook, après que la page officielle ait annoncé un retard dans la programmation. En deux heures à peine, 1280 internautes ont exprimé leur mécontentement sur le mur de la page officielle de PBLV.

Plus belle la vie, plus populaire que Roland Garros ?

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les fans de la série n’y vont pas avec le dos de la cuillère. Entre les « Fait ch*** » et les « Pu**** », les commentateurs les plus virulents vivent la situation comme un véritable drame ! Et on les comprend…quelle atrocité de passer une soirée en compagnie de Nadal, Federer et les autres, plutôt qu’avec ce cher Roland ! Non là vraiment, ce n’est pas acceptable !

Les fans de la série ont même leur propre slogan, « A bas la balle jaune »…peut-être appelleront-ils au boycott dans les jours qui viennent ?

Si quelques-uns tentent de modérer les choses en publiant des messages tels que « Calmez-vous, cela ne durera que quelques jours », rien n’y fait. « Y’en a marre ! Tous les ans c’est pareil », « C’est dégueulasse ! Nous sommes plus nombreux que les fans de tennis ». Si les téléspectateurs de PBLV ne tarissent pas d’arguments, pas sûr qu’ils soient fondés pour autant.

Ce décalage fait également des satisfaits. Les puristes de la balle jaune se sont eux aussi manifestés sur la page Facebook, en « likant » l’annonce du retard de la programmation de la série. Ce sont plus de 4 500 personnes qui ont déclaré leur joie et qui se sont, au passage, moqué des inconsolables.

Mathilde Bourge