Rouen : quels risques pour le faux candidat du bac démasqué ?

Un candidat au bac s’est fait remplacé pour son épreuve de maths par un de ses amis étudiant en mathématiques. Le plan était parfait mais c’était sans compter sur la bonne mémoire du surveillant.

0
2062

Hier, le lycée du Sacré-Cœur de Rouen a été la scène d’un coup de théâtre lors de l’épreuve de mathématiques. Très souvent, cette matière est la bête noire des jeunes lycéens mais pas de problème pour l’un des candidats. A priori très peu sûr de lui concernant son épreuve de maths, le candidat de 23 ans a préféré envoyer l’un de ses amis étudiant en mathématiques à sa place.

Un surveillant du bac particulièrement vigilant

Le plan aurait pu se passer sans heurt si les deux filous ne s’étaient pas fait démasquer. Seulement, pas de chance, cette épreuve de maths n’est pas la première surveillée par le physionomiste. Intrigué par la présence de ce nouvel étudiant, il procède à une vérification des papiers d’identité du candidat. Il ne faut pas beaucoup de temps au surveillant pour se rendre compte de la supercherie.

L’étudiant se sentant alors coincé décide de se réfugier… aux toilettes ! Le proviseur, dépassé par les événements, a dû faire appel aux pompiers et à la police pour convaincre le jeune homme de ne pas se jeter par la fenêtre. Finalement tout est rentré dans l’ordre, les lycées ont eu le droit à 30 minutes supplémentaires pour finir leur épreuve. Les deux fraudeurs, quant à eux, ont d’abord été placés en garde à vue avant d’être libérés ce matin.

Quels risques encourent les deux fraudeurs du bac ?

La substitution de candidat pour une épreuve du bac est passible de 9 000 euros d’amende et/ou de 3 ans de prison, elle représente une des fraudes les plus graves au baccalauréat. Mais cela reste en théorie car bien souvent les peines sont plus légères.

Ainsi, à Nancy, lors de deux épreuves du baccalauréat, une lycéenne avait envoyé deux de ses amies pour les épreuves de physique-chimie et de SVT. Elle avait écopé de 3 ans d’interdiction de présenter un examen national et de 40 heures de travaux d’intérêt général.

En tout état de cause, le jeune homme de 23 ans qui présentait le bac en candidat libre n’a pas pu passer ses dernières épreuves.

Yves Regnault