Ryanair : ivres, ils obligent l’avion à atterrir

Lors d'un vol entre Glasgow et Ibiza, des passagers ivres ont commencé à danser à bord de l'appareil. Le pilote a dû procéder à un atterrissage forcé et l'équipage a porté plainte contre les trublions.

0
1980
A cause de quatorze passagers ivres, un pilote Ryanair a procédé à un atterrissage forcé ©Sipa

Voici un vol que les passagers de Ryanair risquent de ne pas oublier. Mardi soir, un avion de la compagnie reliant Glasgow (Ecosse) à Ibiza (Espagne) a dû atterrir d’urgence à l’aéroport de Beauvais. Et ce n’est pas à cause d’une fuite de carburant ou d’un moteur défectueux que l’appareil a dû écourter son vol. L’avion a été dérouté peu après 20 heures à cause de quelques passagers écossais en état d’ébriété, qui s’étaient mis à danser et à chanter très bruyamment.

Selon M6, qui a révélé l’information, seize personnes ont été débarquées pour être pris en charge et entendus par les autorités. Mais d’après un communiqué de la compagnie aérienne, seuls quatorze passagers auraient été concernés par cette arrestation. « Ryanair s’est excusée auprès des 160 autres passagers pour tout le désagrément et le retard dans leur voyage, mais ne tolérera aucun passager turbulent ou perturbateur. L’affaire est maintenant entre les mains de la police française », écrit Ryanair. « Ils pensaient qu’ils étaient déjà arrivés à Ibiza », a ironisé une source policière.

L’équipage Ryanair a porté plainte

Avant de décoller, les compères étaient passés au duty free de l’aéroport de Glasgow pour acheter de l’alcool. Une fois à bord de l’avion, les passagers se sont mis à boire. Très vite, ils ont commencé à danser et à chahuter. Un comportement qui a poussé le pilote de l’avion à atterrir d’urgence. Les forces de l’ordre, qui ont dû intervenir en nombre pour calmer l’enthousiasme de ces fêtards, n’ont en revanche enregistré aucune violence contre le personnel ou les policiers.

Finalement, les autres voyageurs ont pu repartir vers 23h45. Quant aux personnes incriminées, elles ont été relâchées vers 2 heures du matin et redirigées vers la gare de Beauvais pour se rendre à Paris. C’est désormais la gendarmerie des transports aériens qui serait en charge de l’affaire, l’équipage Ryanair ayant porté plainte.

Maxime Quéma