Salles de shoot : l’expérimentation autorisée

En plein examen de projet de loi santé, le Sénat a donné son feu vert à l’expérimentation de salles de shoot, qui permettent aux usagers de drogues dures de s’injecter des substances avec un encadrement sanitaire.

0
817
Salles de shoot : l’expérimentation autorisée ©ShutterStock

Après l’Assemblée nationale qui avait donné son feu vert en avril dernier, c’est désormais au tour du Sénat de se positionner comme favorable à l’expérimentation des salles de shoot. Ce dernier a en effet autorisé ce jeudi 17 septembre, au cours de l’examen en séance plénière du projet de loi santé, l’expérimentation de ces lieux appelés aussi salles de consommation à moindres risques.

Ces lieux ont pour objectif de mieux encadrer la consommation de drogue des toxicomanes afin de limiter les comportements à risques et de réduire l’usage de produits illicites en public. Ils pourront venir y consommer leurs propres drogues, comme l’héroïne ou le crack principalement, sous contrôle de personnels de santé et dans de bonnes conditions d’hygiène. L’expérimentation durera pendant six années maximum.

Débat « passionné »

Pourtant, ce texte de loi était bien loin d’être acquis puisque plusieurs amendements de suppression de ce dispositif avaient été proposés par une majorité de sénateurs de droite, jugeant que ces salles de shoot inciteraient à la consommation de drogues.

Au terme d’un débat « passionné » selon l’AFP, une majorité de sénateurs de gauche a cependant rejeté à main levée ces amendements de suppression de l’article 9 suivant ainsi l’avis du gouvernement et celui de la commission des Affaires sociales.

Les sénateurs du parti Les Républicains, insuffisamment nombreux au Sénat ce jeudi 17 septembre pour exprimer leur opposition, n’ont pas pu empêcher la validation de l’expérimentation de ces salles de consommation à moindres risques dont la première à ouvrir à Paris devrait être installée sur le site de l’hôpital Lariboisière dans le nord de la capitale.

Le débat sur le projet de la loi santé, entamé ce lundi 14 septembre, doit se poursuivre jusqu’au 2 octobre, avant un vote solennel le 6 octobre.

Lire aussi : Tabac : le Sénat dit non au paquet neutre

Marine Vautrin