Scalpée, elle se fait greffer son cuir chevelu

Une navigatrice scalpée lors d'un accident a subi une auto-greffe du cuir chevelu au CHU de Brest. les médecins sont satisfaits : un mois après l'opération, la greffe a tenu. La réimplantation d'un scalp est extrêmement rare.

0
1690
Comme le cuir chevelu implanté est celui de la patiente, il n'y a pas de risque de rejet. ©ShutterStock

Le CHU de Brest vient de réaliser une véritable prouesse. Le 27 mai, une équipe médicale de l’établissement breton réalise une auto-greffe sur une navigatrice accidentellement scalpée. Un mois plus tard, elle constate que l’opération est une réussite : la greffe tient. C’est seulement la troisième fois qu’un scalp en fragments a pu être réimplanté.

Le chignon de la navigatrice a été happé par un arbre d’hélice

L’accident s’est produit au mois de mai. Angeline M., capitaine de gréement (63 ans), se fait scalper alors qu’elle répare le moteur de son bateau. Son chignon s’accroche dans l’arbre d’hélice. Le cuir chevelu de la navigatrice est déchiré en deux. Angeline perd beaucoup de sang mais reste consciente. Elle couvre son crâne avec une serviette et appelle les secours. Un hélicoptère du centre de la Cavale Blanche (Brest) vient la chercher dans le port de Concarneau. Le cuir chevelu est récupéré et conservé dans de la glace.

Weigho Hu, professeur et chef du service de chirurgie plastique, annonce qu’il s’agit là d’un véritable « défi technique en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique moderne » (AFP). L’intervention dure treize heures. Le plus compliqué a été de « revasculariser trois artères et quatre veines, dont deux avec pontages, en prélevant une veine sur la jambe pour rétablir la circulation sanguine le plus vite possible », précise le médecin.

Auto-greffe du cuir chevelu : « opération réussie »

Voilà plus d’un mois aujourd’hui que la greffe a été réalisée. Le Pr Hu parle d’une « opération réussie ». Comme le cuir chevelu implanté est celui de la patiente, il n’y a pas de risque de rejet. « Dans les publications scientifiques mondiales, nous n’avons trouvé que deux cas de réimplantation de scalp en multifragments, mais avec des échecs partiels », fait remarquer le spécialiste. Le chirurgien envisage de revenir en détail sur l’opération dans un article pour que «  ses collègues des autres pays puissent bénéficier de cette expérience professionnelle de réimplantation de scalp multifragmenté ».

Le médecin salue le « courage » et l’« énergie » de sa patiente « qui conditionne aussi le succès d’une opération ».

Sur le même thème :

Lire aussi : La greffe de tête, possible d’ici 2 ans ?

Lire aussi : Greffe de rein – Bataille pour un traitement antirejet

Damien Rigat