Se rendormir après son réveil : une mauvaise idée

Appuyer sur le bouton snooze de son réveil ne serait pas bon pour la santé. Au contraire, somnoler quelques minutes de plus pourrait être source de stress.

0
7474
Appuyer sur le bouton snooze de son réveil ne serait pas bon pour la santé. Au contraire, somnoler quelques minutes de plus pourrait être source de stress. ©ShutterStock

“Encore cinq minutes”. C’est ce que se disent chaque matin 64 % des Français en entendant le réveil sonner, selon une étude Opinion Matters pour Withings. Pourtant, appuyer sur la touche snooze (pour que le réveil sonne de nouveau quelques minutes plus tard) ne permettrait pas de se sentir mieux. Au contraire.

Un mauvais réveil peut gâcher la journée

D’après l’enquête, les Français passeraient quatre mois de leur vie à appuyer sur la touche snooze de leur réveil. Un laps de temps durant lequel le sommeil n’est pas réparateur. “Lorsque vous l’utilisez, vous restez dans un état de somnolence qui n’est pas du tout reposant”, assure Sylvie Royant-Parola, présidente du réseau Morphée, dans les colonnes du Parisien.

De plus, le mauvais sommeil peut provoquer une sensation de stress qui dure de longues minutes après le réveil, voire toute la journée. “Vous vous levez quand vous n’avez plus le choix, ce qui est hyper-stressant. Vous êtes mal.”, analyse la spécialiste.

Se lever et se coucher tous les jours à la même heure

Pour Sylvie Royant-Parola, la meilleure option est d’adopter des horaires de coucher et de lever réguliers. « La régularité des horaires doit être bien marquée. On se couche le soir à la même heure, pareil pour le réveil. On peut s’accorder une petite grasse matinée, avec une heure et demie de sommeil en plus le week-end, mais pas plus. Il ne doit pas y avoir de rupture de rythme, sinon cela introduit une fatigue », prévient la spécialiste.

Alors, si vous pensez que votre réveil sonne trop tôt, reculez-le d’un quart d’heure et levez-vous directement pour passer une bonne journée.

> Lire aussi :

Se réveiller la nuit est mauvais pour le cerveau

Mathilde Bourge