Se sentir jeune augmente l’espérance de vie

Selon des chercheurs britanniques, notre âge mental pourrait influer sur notre espérance de vie. Ainsi, se sentir jeune aiderait à vivre plus longtemps.

0
6775
Selon des chercheurs britanniques, notre âge mental pourrait influer sur notre espérance de vie. ©ShutterStock

Avoir 70 ans et agir comme si on en avait toujours 20 n’est pas seulement bon pour le moral, ça l’est aussi pour la santé. Selon une équipe de chercheurs britanniques, dont les travaux ont été publiés dans la revue JAMA International Medicine, notre âge mental conditionnerait notre espérance de vie à partir de 52 ans.

Avant d’établir cette conclusion, les scientifiques ont réuni, de 2004 à 2005, 6.000 adultes britanniques âgés de 52 ans ou plus et leur ont demandé l’âge mental qu’ils estimaient avoir. Les deux tiers ont déclaré se sentir plus jeune d’au moins trois ans et un quart a affirmé que leur âge correspondait à leur état d’esprit. Enfin, 5 % ont déclaré se sentir plus vieux.

Changer l’image de la vieillesse dans la société

Huit ans plus tard, les scientifiques ont revu ces volontaires. 14 % de ceux qui se sentaient jeunes étaient morts contre 19 % de ceux qui se sentaient plus vieux. Une différence qui, selon le Pr Andrew Steptoe, co-auteur de l’étude, n’a rien de vraiment surprenant : « En général, les gens qui se sentent plus vieux que leur âge meurent plus tôt, car ils sont atteints d’une maladie grave, telle que le cancer, l’insuffisance cardiaque ou le diabète », décrypte-t-il.

Cependant, « même en prenant compte de ces maux, la différence entre les participants de leur perception de leur âge demeure importante», ajoute le Pr Steptoe. Par ailleurs, l’étude révèle que les personnes qui se sentent âgées sont plus susceptibles d’être seules, moins mobiles et physiquement moins actifs.

« Cette étude prouve que la perception que l’on a de notre âge, peut avoir de véritables conséquences sur la santé physique et psychologique de chaque individu », commente le Pr Rebecca Levy de l’université de Yale, interrogé par l’agence de presse Reuters Health. Selon elle, il est désormais important que la société change son regard sur les personnes âgées pour que la vieillesse ait une image plus positive.

Maxime Quéma