Semaine de 5 jours à l’école, qu’est ce qui est prévu ?

La semaine de 5 jours pour les élèves du primaire devrait être remise en place à la rentrée 2013 ainsi que l’a annoncé le ministre de l’éducation, même si Ayrault promet une concertation préalable.

0
3545
Semaine de 5 jours qu’est ce qui est prévu ? ©ThinkStock

La semaine de 5 jours pour les élèves du primaire qui avait été testée puis abandonnée devrait finalement faire son grand retour à la rentrée 2013 ainsi que l’a annoncé le ministre de l’éducation. « Ce n’est pas le plus simple, mais nous le ferons » a annoncé Vincent Peillon, au sujet du rétablissement de la semaine de cinq jours à l’école. Ayrault promet néanmoins une concertation préalable.

Le retour aux cinq jours de classe était un des points forts de la campagne de François Hollande. Il l’avait d’ailleurs publiquement annoncé alors qu’il était invité par l’une des fédérations des parents d’élèves, la FCPE, en avril. De plus, le 2 mai, le journal Libération expliquait que « la réforme des rythmes scolaires, pour revenir notamment à la semaine de 4,5 jours, pourrait être appliquée dès la rentrée 2013 si François Hollande était élu ».

Dès 2011 la Conférence nationale sur les rythmes scolaires à l’initiative de Luc chatel (sous le mandat de Sarkozy) s’était saisie de la question. La conclusion de cette conférence était que « pour alléger la charge supportée par les écoliers, nous proposons le retour à 9 demi-journées au moins ». La proposition du ministre de l’éducation est en accord avec les différentes études gouvernementales et notamment une parlementaire.

C’est jeudi que le nouveau ministre de l’Education nationale, avait annoncé sur la radio France Inter le retour à la semaine de cinq jours de classe. «Vincent Peillon a eu raison de rappeler que c’était une priorité», a jugé Jean-Marc Ayrault, mais face aux échos de cette annonce il a rappelé que «la méthode, c’est la concertation». Avant que la semaine de 5 jours soit mise en place il y aura donc une concertation avec enseignants et parents d’élèves sur la question des rythmes scolaires et de la semaine de cinq jours, à l’issue de laquelle un «arbitrage» sera rendu.

La présidente PS de Poitou-Charentes, Ségolène Royal, avait critiqué jeudi l’annonce de Vincent Peillon, estimant qu’une telle décision devait être «arbitrée» par le Premier ministre.

Maëla Priolet