Sexe : plus les femmes dorment, plus elles auraient envie

Selon une récente étude américaine, la durée de sommeil aurait un impact sur la libido des femmes. Ainsi, plus elles dormiraient, plus leur appétit sexuel serait important.

0
2402
Les chercheurs ont constaté que chaque heure de sommeil supplémentaire augmentait de 14 % la probabilité de rapport sexuel avec un partenaire le lendemain. ©ShutterStock

Une nouvelle facette de la libido féminine viendrait-elle d’être dévoilée ? Dans une étude parue dans le numéro de mars 2015 du Journal of Sexual Medicine, des chercheurs états-uniens établissent un lien entre le sommeil et le désir sexuel féminin. En résumé, plus une femme dormirait, plus elle aurait envie de faire l’amour le lendemain.

Désir sexuel : bien dormir mais pas trop

Dans le cadre de ces travaux, 171 volontaires mobilisées sur le campus d’une université américaine ont été suivies pendant quatorze jours. Aucune d’entre elles ne prenaient des antidépresseurs, précisent les auteurs de l’étude.

Toutes les participantes ont dû répondre à un questionnaire dans le but de décrire leur « excitation subjective », c’est-à-dire cette excitation survenant simplement à partir de pensées sexuelles, sans stimulation génitale. Ces différentes questions avaient également pour objectif de permettre aux différentes témoins d’évaluer leur réponse sexuelle individuelle concernant le fonctionnement orgasmique et l’excitation génitale mais aussi de préciser ce qui les encourageait à entreprendre une activité sexuelle avec un partenaire ou en solo (AFP/Relaxnews).

Les chercheurs ont constaté que chaque heure de sommeil supplémentaire augmentait de 14 % la probabilité de rapport sexuel avec un partenaire le lendemain et ce, indépendamment de l’âge ou du niveau de fatigue. En revanche, un excès de sommeil diminuerait la sensibilité génitale au lendemain, bien que celles ayant dormi le plus ont, en moyenne, assuré ressentir une meilleure sensibilité.

Un lien entre troubles du sommeil et dysfonctions sexuelles ?

Le docteur David A. Kalmbach, principal auteur de l’étude, estime qu’il ne faut pas négliger ce rapport entre sommeil et sexualité. Le spécialiste estime qu’il serait ainsi bénéfique d’engager de nouveaux travaux de recherche sur ce sujet afin de découvrir s’il n’y aurait pas une relation de cause à effet entre troubles du sommeil et dysfonctions sexuelles.

Lire aussi :

Sexe : les draps propres stimulent la libido des femmes

Sexualité : les zones les plus érogènes sont…

Damien Rigat