Sexualité : les zones les plus érogènes sont…

Des chercheurs issus des Universités de Bangor (Royaume-Uni) et du Witwatersrand (Afrique du Sud) viennent d’établir un classement des zones érogènes chez l’homme et la femme. Très loin derrière : les pieds.

0
5219
La bouche et les lèvres seraient les zones les plus érogènes du corps (en dehors de l'appareil génital). ©ThinkStock

Non, les pieds ne figurent pas parmi les parties du corps les plus existantes. Selon un classement établi par l’Université de Bangor (Royaume-Uni) et l’Université de Witwatersrand à Johannesburg (Afrique du Sud), la bouche et les lèvres seraient les zones les plus érogènes du corps humain et ce, aussi bien chez la femme que l’homme.

Zones érogènes : les pieds et les avant-bras arrivent en dernière position

Les auteurs de l’étude – publiée dans la revue Cortex et relayée par le Daily Mail – ont interrogé 800 volontaires de sexe, d’âge, d’origine et de nationalité différents afin d’établir un classement des zones érogènes chez l’être humain. Ces témoins ont été invités à classer sur une échelle de 1 à 10 les 41 parties du corps, selon leur degré d’érotisme.

Contrairement aux idées reçues, les pieds n’ont rien d’émoustillant (moyenne de 1/10 chez les femmes). Même constat pour les genoux et les avant-bras, partie visiblement la moins sensuelle pour la gent masculine (1/10). Autre cliché balayé : les hommes ressentent du plaisir ailleurs qu’en-dessous de la ceinture.

Top 5 des zones érogènes chez la femme (appareil génital non compris) :

1. la bouche et les lèvres (7,9/10)
2. la nuque (7,5/10)
3. Les seins et les tétons (7,3/10)
4. les fesses (4,5/10)
5. les hanches (3,5/10)

Top 5 des zones érogènes chez l’homme (appareil génital non compris) :

1. la bouche et les lèvres (7/10)
2. l’intérieur des cuisses (5,8/10)
3. la nuque (5,6/10)
4. les tétons (4,8/10)
5. Le bas du dos (2,8/10)

> Lire aussi : Pourquoi les femmes crient pendant l’amour (et autres vérités sur le sexe)

Cette étude est présentée comme la première « enquête systématique de l’ampleur des sensations érotiques provenant de diverses parties du corps ». Elle démontre que « la vision des femmes sur l’homme est souvent très exagérée et limitée », souligne le Pr Oliver Turnbull de l’École de psychologie de l’Université de Bangor.

Que toute personne opposée à ce classement se manifeste sans complexe !

> Lire aussi : À quoi pensent les femmes pendant l’amour ?

Cécile David