Sida : de l’or pour détecter le VIH à l’œil nu ?

Le VIH, virus à l’origine du Sida, pourrait se dépister à l’œil nul. Une équipe de chercheurs britanniques présente son invention révolutionnaire dans un article publié, hier, dans la revue Nature Nanotechnology.

0
5136

Des chercheurs britanniques assurent qu’il serait possible de détecter le VIH, virus du Sida, à l’œil nu. Ils auraient relevé le défi grâce à l’utilisation de nanoparticules d’or. Une information dévoilée, hier, dans la revue Nature Nanotechnology.

Un détecteur de virus

L’invention fonctionne selon le même principe qu’un détecteur. Des particules d’or, réparties sur une base en plastique, colorent en bleu le sérum testé, si celui-ci possède les marqueurs biologiques d’une maladie. Dans le cas contraire, les particules se divisent pour former de petites boules. Le liquide devient alors rougeâtre.

Un espoir pour les pays défavorisés

Les avantages de ce procédé : sa rapidité et son faible coût. Ce dernier atout représente un véritable espoir pour les pays les plus défavorisés. « Le test est conçu sur des supports plastiques jetables et ne demande pas d’utiliser des équipements coûteux puisque la présence de la molécule recherchée peut être détectée d’un simple regard, à l’œil nu », précise à l’AFP Molly Stevens, de l’Imperial College de Londres.

Autre intérêt : le détecteur pourrait servir à dépister d’autres virus que le VIH.

Une invention prometteuse mais encore imparfaite

Sa sensibilité est telle qu’il permet de détecter les prémisses d’une maladie de manière beaucoup plus efficaces que les procédés employés aujourd’hui. Le processus dévoilé hier permettrait donc de prend en charge beaucoup plus tôt – et peut-être à temps – les patients touchés.

Seul bémol, l’invention « ne dit pas spécifiquement combien il y a de marqueurs dans le sang mais juste s’ils sont présents, même à des concentrations ultra faibles », explique Molly Stevens. « Le test répond [simplement] par oui ou par non ».

Cécile David