Sida : les autotests arrivent le 15 septembre en pharmacie

À partir du 15 septembre, il sera désormais possible de se procurer en pharmacie un autotest de dépistage du VIH. Ils seront délivrés sans ordonnance pour environ 28 euros l’unité.

0
1042
Sida : les autotests arrivent le 15 septembre en pharmacie

Annoncés en 2014 puis fin juin 2015, les kits permettant de contrôler soi-même son statut sérologique seront disponibles finalement dès le 15 septembre dans toutes les pharmacies et sur leurs sites internet. Ainsi, les utilisateurs pourront l’utiliser chez eux, en toute intimité. Ces autotests, fabriqués par la société française AAZ-LMB, seront délivrés sans ordonnance moyennant 28 euros, même aux mineurs sans l’accord parental. Il ne sera pas remboursé par le Sécurité sociale. Cependant, « l’autotest de dépistage du VIH est un outil complémentaire au dispositif de dépistage actuel et il ne doit pas s’y substituer », souligne la Haute Autorité de Santé (HAS).

Comment ça marche ?

L’autotest est simple d’utilisation. Après avoir désinfecté le bout de son doigt, il suffit de prélever une goutte de sang grâce à l’aiguille fournie, puis de placer l’embout du test sur le support. Au bout de quinze à vingt minutes, les résultats s’affichent. Deux lignes rosées, « vous êtes probablement séropositif », indique la notice du kit. En cas de séropositivité, il faut impérativement contacter un médecin traitant ou Sida Info Service (0 800 840 800, anonyme et gratuit).

Est-il fiable ?

Le dispositif en libre service serait fiable à 99%. Toutefois, la HAS met en garde les utilisateurs. « Ces tests ne sont pas fiables à 100% et tout résultat positif doit être confirmé par un test en laboratoire. Ils sont peu sensibles en cas d’infection récente inférieure à 3 mois. Par ailleurs, ils ne détectent pas les autres infections sexuellement transmissibles, ni les hépatites virales. »

La commercialisation en vente libre de cet autotest du VIH pourrait multiplier le nombre de dépistages, notamment chez les personnes qui n’oseraient pas, par crainte ou autre motifs, pousser les portes d’un centre de dépistage. En France, 30 000 à 40 000 personnes ignorent qu’elles sont porteuses du virus. Selon le Conseil National du Sida (CNS), la mise sur le marché des autotests permettrait d’éviter 400 nouvelles infections chaque année. 4 000 personnes pourraient découvrir leur séropositivité grâce aux autotests.

Lire aussi : Sida : de l’or pour détecter le VIH à l’œil nu ?

Marine Vautrin