Siding Spring : la comète qui a transformé Mars

En passant à une centaine de kilomètres de Mars, la comète Siding Spring a modifié, en partie, l'atmosphère de la planète rouge. Un phénomène surprenant auquel les experts de la Nasa ne s'attendaient pas.

0
2146
Le passage de la comète à quelques kilomètres de Mars a probablement entraîné la formation de milliers d'étoiles filantes par heure, estiment les experts. - crédit photo : Aphelleon - Nasa ©ShutterStock

Le simple passage d’un objet céleste aux alentours d’une planète est venu bouleverser un élément de notre galaxie. Le 19 octobre, la comète Siding Spring a frôlé Mars d’environ 136 000 kilomètres. Cette caresse a entraîné la formation d’un nuage d’étoiles filantes et a carrément modifié une partie de la planète rouge, a déclaré le 7 novembre la Nasa. Plus précisément, cet événement qui ne se produirait qu’une fois tous les 8 millions d’années, a « littéralement changé la composition chimique » de l’atmosphère martienne, a révélé Jim Green, directeur du département des sciences planétaires à l’agence spatiale américaine (AFP).

Mars change d’atmosphère : la Nasa n’avait pas anticipé un tel phénomène

La queue de la comète a laissé échapper des milliers de kilogrammes de poussières au niveau de la couche supérieure de l’atmosphère de Mars, une quantité bien plus importante que ce que les scientifiques avaient prédit. C’est la première fois que ce genre de réaction est observé avec un niveau d’intensité aussi élevé, a indiqué M. Green.

Mars : changement temporaire ou permanent ?

Visuellement, le spectacle depuis la planète rouge devait être splendide, estiment les experts. Un halo doré a illuminé le ciel et « il y avait sans doute des milliers d’étoiles filantes par heure », a décrit Nick Schneider, l’un des responsables de la mission incluant la sonde Maven, en orbite autour de Mars.

Par ailleurs, l’agence américaine a annoncé qu’elle était parvenu à mettre à l’abri, derrière la planète, les trois satellites chargés d’étudier sur le long terme l’espace martien. Sans précaution, ils auraient sûrement été détruits par la puissance du phénomène.

La Nasa poursuit ses analyses pour savoir si les changements constatés sont temporaires ou plus profonds.

Lire aussi :

Voyage sur Mars : 68 jours avant l’asphyxie

La Nasa met en ligne les « sons » de l’espace

Cécile David