Ski, plongée, chasse… top 10 des sports qui tuent le plus

Selon l’Institut de veille sanitaire, plus de 240 personnes sont décédés en France au cours de l’année 2010 en pratiquant un sport. L’alpinisme, le ski de randonnées et la plongée font partie des activités les plus meurtrières.

0
6328
En France métropolitaine, 29 personnes sont décédées en pratiquant l'alpinisme au cours de l'année 2010. ©ThinkStock

Alors que l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) nous incite à pratiquer quotidiennement une activité sportive, voilà que l’Institut de veille sanitaire (InVS) nous prévient que le sport… tue. D’après une enquête publiée dans le Journal de Traumatologie du sport (juin), 246 personnes seraient décédées en France métropolitaine en 2010 dans l’exercice d’une activité sportive.

Quels sont les sports qui tuent le plus ?

Voici le top 10 des sports qui tuent le plus selon l’InVS (année 2010) :

1. les sports de montagne : 99 décès, dont 29 en alpinisme, 23 en ski de randonnée et 16 lors d’une randonnée pédestre.

2. les sports aquatiques : 50 décès, dont 23 en plongée et 12 en kayak

3. la chasse : 27 décès

4. les sports aériens motorisés : 23 décès, dont 22 en ULM

5. les sports mécaniques : 23 décès

6. les sports de vol libre : 20 décès, dont 10 en parapente et 5 en planeur

7. la pêche : 12 décès – la plupart sont liés à des noyades ou à des électrocutions, les fils des cannes pouvant atteindre les lignes à haute tension.

8. l’équitation : un décès

9. la pétanque : un décès au cours d’un tournoi

10. Le rugby : un décès

Selon l’Institut de veille sanitaire, dans sept cas sur huit, les victimes étaient des hommes. Les incidents mortels surviendraient majoritairement pendant l’été (la saison des sports aquatiques) et l’hiver (période propice aux sports de montagne).

Top 10 des sports qui tuent : une étude incomplète

Ces chiffres sont basés sur le recensement des décès traumatiques survenus pendant la pratique d’un sport, en France métropolitaine en 2010. Et ce, qu’il s’agisse d’une activité de loisirs, professionnelle ou d’un simple déplacement. Les informations ont été récoltées auprès des institutions publiques, sur les sites web d’associations et d’organismes publics liés au sport et par le biais d’articles publiés sur des médias présents sur internet.

> Lire aussi : Vers une prise en charge du sport par la Sécurité sociale ?

Cette liste est non exhaustive puisqu’elle ne prend pas en considération les décès en avion ou à vélo et les décès par noyade survenus en dehors d’une activité sportive. « Des cas ont échappé à cette comptabilisation, entraînant une sous-estimation dans certains sports (équitation, pêche…) ou lorsque les décès n’ont pas été immédiats », reconnaît l’un des auteurs du document. Il précise que l’étude doit être complétée.

> Lire aussi : Les Français surveillent leur poids mais boudent le sport

Damien Rigat