SMR : l’efficacité des médicaments bientôt affichée sur les boîtes

L’efficacité des médicaments pourrait prochainement être signalée aux patients directement sur les boîtes. Comment ? Par un code SMR (service médical rendu), jugé plus ou moins important selon les traitements.

0
1347
Le signalement du code SMR sur les boîtes de médicaments permettrait, peut-être, de pousser les patients à réduire leur consommation de comprimés inutiles. ©ThinkStock

Gélules, sirops et pommades vont, eux aussi, devoir faire preuve de transparence. Pour 2014, le ministère de la Santé souhaite afficher l’efficacité des médicaments remboursables sur leur boîte, en y apposant le degré d’importance du SMR (service médical rendu). Une information relayée ce lundi 16 septembre par Le Parisien, qui a pu se procurer un document confidentiel.

Code SMR : transparence ou confusion ?

Selon les informations recueillies par le quotidien, le ministère de le Santé souhaiterait remplacer les vignettes autocollantes (blanches, bleues ou oranges) par le SMR, qui peut être « important », « modéré », « insuffisant », etc.

« C’est une excellente initiative », a déclaré hier le Pr Gilles Bouvenot, président de la commission de transparence à la Haute autorité de santé (HAS). Pour lui, l’idéal serait d’indiquer le code aussi bien sur la boîte que sur la notice, « car, si peu de gens regardent la boîte, beaucoup lisent la notice pour les contre-indications et les effets secondaires ».

Le directeur général du Leem (Les entreprises du médicament), Philippe Lamoureux, est moins enthousiaste : « Cet affichage va rendre les choses confuses chez les patients car ça n’est pas parce qu’un médicament a un SMR insuffisant qu’il est mauvais », explique-t-il au Parisien. Pourtant, le but serait tout l’inverse. Le signalement de ce code sur les boîtes de médicaments permettrait aux patients d’y voir un peu plus clair et, peut-être, de les inciter à réduire leur consommation de comprimés inutiles.

Le ministère de la Santé n’a pas encore confirmé l’information.

> Lire aussi : Les médicaments, bientôt en vente en grande surface ?

Damien Rigat