SNCF : un faux contrôleur démasqué

Pendant plus d'un millier de trajets, Jean-Pierre s'est fait passer pour un contrôleur de la SNCF. L'usurpateur, qui sera jugé en février 2015, avait déjà été condamné à un mois de prison ferme pour des faits similaires.

0
1846
Un jeune homme de 26 ans s'est fait passer pour un contrôleur SNCF sur plus d'un millier de trajets. ©ShutterStock

Travailler pour la SNCF était son rêve. Faute d’avoir été embauché par la compagnie ferroviaire Jean-Pierre, 26 ans, s’est fait passer pour un contrôleur pendant plusieurs mois. Il a finalement été démasqué et arrêté mercredi dernier, dans le train Narbonne-Bordeaux, en gare de Matabiau à Toulouse. Deux jours plus tard, le jeune homme a été jugé au tribunal correctionnel de Toulouse en comparution immédiate pour « vol » (d’un uniforme de contrôleur) et « escroquerie » envers la SNCF, constituée partie civile.

Faux contrôleur SNCF : que s’est-il passé ?

Il y a cinq ans, Jean-Pierre avait candidaté pour devenir agent de maintenance au sein de la compagnie ferroviaire, en vain. Au lieu d’accepter son sort, le jeune homme a dérobé un costume violet et gris de la SNCF, l’a enfilé, et a joué les imposteurs plus d’ « un millier de fois » selon Me Stéphanie Calvet, son avocate. Pendant les trajets, l’usurpateur donnait des conseils aux passagers ou les aidait à porter leurs bagages. Pour se glisser dans la peau du personnage, Jean-Pierre avait même appris les habitudes et le jargon des agents. Le jeune homme est allé jusqu’à valider les billets de certains passagers à l’aide d’une poinçonneuse volée. Le hic ? Il « ne savait pas [la] faire fonctionner », explique son avocate.

Pourquoi se faire passer pour un faux contrôleur ?

Toujours selon Me Calvet, si Jean-Pierre « s’est fait passer pour un contrôleur, ce n’était pas pour voyager gratuitement : c’est simplement parce qu’il rêvait de l’être » et que l’échec de sa candidature cinq ans plus tôt était devenu « une obsession ». Le jeune homme avait d’ailleurs déjà été condamné à quatre mois de prison pour des faits similaires en janvier dernier. Il sera jugé le 6 février 2015 pour cette nouvelle affaire. Le tribunal a également réclamé une expertise psychologique.

Maxime Quéma