Supprimer trois jours fériés chrétiens, pour ou contre ?

L'association des DRH souhaite proposer au ministre du Travail de supprimer trois jours fériés chrétiens du calendrier, afin que les employés posent ces jours quand bon leur semble. Une démarche visant à respecter la diversité des cultures.

0
3078
Supprimer trois jours de jours fériés chrétiens, pour ou contre ? ©ThinkStock

C’est sur Europe 1 que la nouvelle a été lancée. L’association des DRH de France a affirmé vouloir soumettre la proposition au ministre du Travail, Michel Sapin, de supprimer trois jours fériés chrétiens du calendrier.

Un changement pour respecter la diversité

Attention ! L’association ne souhaite pas pour autant rayer complètement ces jours du planning des travailleurs. Au contraire, l’ANDRH voudrait que ces trois dates puissent être posées n’importe quand dans l’année.

L’objectif, selon l’association, serait de respecter la diversité des employés aux cultures différentes. L’ANDRH suggère donc d’évincer le jeudi de l’ascension, le lundi de Pentecôte ainsi que l’Assomption des jours fériés automatiques.

Les personnes de religions chrétiennes pourront, bien évidemment, décider de conserver ces jours, mais les juifs ou musulmans, par exemple, auraient la possibilité de demander un jour férié selon les dates de fête de leurs religions respectives. Jean-Christophe Sciberras, président de l’association, met en avant l’envie de donner « plus de souplesse aux salariés » sur Europe 1.

Une proposition qui changerait la vie des entreprises

Cette proposition de changement serait également favorable, selon l’association, aux entreprises. En choisissant des jours fériés différents, les employés ne partiraient pas tous au même moment en week-end prolongé. Les sociétés n’auraient pas à subir l’impact des départs massifs.

L’ANDRH propose une expérimentation préalable dans quelques entreprises volontaires.

Une communauté chrétienne favorable à cette idée

Monseigneur Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France, a réagi suite à cette proposition et ne semble pas contre l’idée.

Il affirme d’ailleurs que « les catholiques ne se sentent nullement propriétaires d’un calendrier ». En rappelant que la France était un pays laïque, et que c’était la République française qui avait imposé ces jours. Il ajoute enfin que « la diversité, c’est certainement une des sources de paix de la société ».

Par ailleurs, Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, explique que l’association « est en train de mettre en place un calendrier quinquennale des fêtes religieuses musulmanes, qui permettrait aux administrations et aux entreprises de connaître les fêtes religieuses cinq années à l’avance ».

Les internautes alimentent le débat

Tout va bien dans le meilleur des mondes ? Pas sûr… Comme à chaque annonce de changement, les internautes ne manquent pas de faire connaître leur avis sur la question. Ainsi, on a pu lire sur la toile des messages totalement réfractaires à cette idée.

«Nous sommes en train de massacrer et de renier notre histoire et notre culture…. La France est laïque mais son histoire est chrétienne », s’insurge ainsi un internaute. «Pourquoi ne pas supprimer noël, le jour de l’an et tout le reste ?». L’ANDRH avait d’ailleurs expliqué au micro d’Europe 1, que Noël, Pâques et la Toussaint devaient être conservés, car « ces fêtes revêtent désormais une forte dimension sociétale ».

D’autres prennent le sujet plus à la légère, sans pour autant perdre le nord. «Génial», s’amuse l’un d’entre eux, «quand ces jours fériés tomberont un Dimanche, on pourra changer la date pour en profiter quand même». Et un autre de conclure avec pragmatisme : «Je vais pouvoir réaliser un grand rêve. Le jour de mon anniversaire sera systématiquement férié !» Pas bête…

Mathilde Bourge