Tabac : bientôt la fin de la publicité ?

Dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac, l’Organisation mondiale de la santé revendique l’interdiction de la publicité des produits du tabac. Marisol Touraine profite de l’occasion pour présenter de nouvelles mesures.

0
6713
Le tabac tue chaque année 6 millions de personnes à travers le monde, dont 73 000 en France. ©ThinkStock

Éteignez vos cigarettes ! La Journée mondiale sans tabac c’est aujourd’hui, vendredi 31 mai. À cette occasion, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande l’interdiction de la publicité sur les produits du tabac. Tandis que la ministre de la santé française, Marisol Touraine, présente de nouvelles mesures anti-tabagisme.

Cigarettes : moins de publicité = moins de fumeurs

« Il a été démontré que l’interdiction globale de la publicité faisait baisser le nombre de personnes qui commencent ou qui continuent à fumer, assure l’OMS (Midi Libre). C’est l’un des moyens les plus efficaces pour réduire la demande de tabac. »

> Lire aussi : Arrêtez de fumer avant 35 ans et gagnez 10 ans

Dans le cadre de sa campagne anti-tabac 2013, l’organisation souhaite inciter les pays à faire appliquer l’article 13 de la Convention-cadre de l’OMS, soit « l’interdiction globale de la publicité en faveur du tabac, de la promotion et du parrainage ». Sont également encouragées : toutes les politiques visant à « contrer les stratégies employées par l’industrie du tabac ».

Le rapport 2011 de l’OMS sur la question rapporte que seuls 19 pays ont enregistré des résultats satisfaisants au niveau de l’interdiction de la publicité. Un tiers des pays aurait simplement appliqué des restrictions minimes, voire aucune.

En France, la publicité du tabac est très encadrée

En France, la loi Evin (1991) interdit toutes les publicités, sauf dans les débits de tabac. Dans ces derniers, les publicités doivent répondre à différents critères :

– elles ne doivent pas être visibles depuis l’extérieur ;

– leur format maximum doit être au maximum de 60 x 80 centimètres ;

– seul le produit, son emballage et son logo peuvent être présentés ;

– une information sur les dangers du produit ou les centres d’aide pour arrêter de fumer doit recouvrir au moins 25 % de la surface du paquet.

Marisol Touraine propose de nouvelles mesures anti-tabac

Malgré ses précautions, la consommation de tabac serait repartie à la hausse depuis 2005. Selon l’entourage de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, l’objectif serait d’agir en priorité « sur les jeunes et les femmes ». Parmi les mesures annoncées :

– l’encadrement de l’utilisation des cigarettes électroniques, qui favoriseraient, selon certains, l’entrée dans le tabagisme ;

– une réflexion sur les paquets neutres (sans logo, ni couleur) – un dispositif expérimenté en Australie ;

– l’instauration d’une vente sous le comptoir, contraignant les débitants à stocker leurs produits à l’abri des regards

– un renforcement des contrôles et un durcissement des sanctions concernant la vente de tabac aux mineurs (interdite) ;

– l’interdiction de la cigarette dans les lieux propices au tabagisme passif, tels que les parcs et les abribus ;

– le renforcement de la prévention – plusieurs campagnes anti-tabac vont être lancées par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) ;

– la hausse des paquets de cigarettes de 5 % au 1er juillet 2013. La ministre a néanmois précisé que la fiscalité ne s’inscrivait pas dans une stratégie d’ensemble.

> Lire aussi : Tabac et décès – les femmes rattrapent les hommes

Le tabac tue chaque année 6 millions de personnes à travers le monde, dont 73 000 en France. Si aucune mesure supplémentaire n’est mise en place, l’OMS estime que le nombre de décès grimpera jusqu’à 8 millions de décès par an, d’ici 2020, « dont plus de 80 % dans des pays à revenu faible ou intermédiaire ».

> Lire aussi : La cigarette électronique est-elle nocive ?

Et dire qu’à une époque, les publicitaires ignoraient les problèmes de santé publique au profit des grandes marques de cigarettes : 

Extrait de « Mad Men », saison 1 – début des années soixante © DR

Damien Rigat