Tatouage au henné : attention aux allergies

L'ANSM met en garde les vacanciers désireux de s'offrir un tatouage temporaire au henné. Un produit ajouté illégalement à la préparation afin de prolonger la durée de vie du dessin pourrait provoquer de graves réactions allergiques.

0
4080
Cette affichette sera distribuée près des plages et des marchés pour sensibiliser le public face aux dangers du tatouage au henné ®ANSM ©DR

Paréo, mini short et lunettes de soleil… souvent, l’été est synonyme de changement de look. Et les vacanciers succombent parfois à l’ultime tentation : le tatouage éphémère au henné. Proposé au bord de la plage ou sur les marchés, ce procédé est loin d’être sans danger, comme le rappelle l’Agence de sécurité du médicament (ANSM).

En effet, ces petits dessins noirs peuvent entraîner de graves réactions allergiques à cause du paraphénylènediamine (PPD), un colorant ajouté illégalement au henné afin de prolonger la durée de vie du tatouage. « La PPD est une substance autorisée dans les produits cosmétiques, uniquement dans les teintures capillaires, à une concentration ne pouvant excéder 6 %. Cette substance est également utilisée pour colorer les textiles notamment », précise l’agence.

Allergie au henné : des effets irréversibles

En moyenne, les dermatologues et allergologues dénombrent une dizaine de cas d’eczéma allergique par an. « Ces réactions peuvent survenir quelques heures voire plusieurs semaines après la réalisation du tatouage. Elles peuvent être limitées à la zone tatouée ou s’étendre à la zone avoisinante voire à tout le corps, au point de nécessiter une prise en charge médicale urgente », ajoute-t-elle. Et contrairement au tatouage, qui ne dure que quelques semaines, l’allergie, elle, peut devenir définitive et irréversible. Ainsi, une personne allergique réagira également aux teintures pour cheveux, pour vêtements, ainsi qu’au contact d’un objet contenant ce colorant.

L’ANSM, qui précise que les circuits de distribution du produit sont encore peu contrôlés, diffusera une affichette dissuasive à travers la France (cf : photo) pendant tout l’été.

Lire aussi : Tatouage permanent ou éphémère : les dermatologues mettent en garde

Mathilde Bourge