Tennis : un joueur tunisien interdit de ¼ de finale pour raisons politiques

Un joueur de tennis tunisien a été privé de quart de finale à Tashkent (Ouzbékistan). Abandon ? Manque d'envie ? Non. Ce retrait de la compétition émane d'une demande du ministère de la Jeunesse et des Sports de Tunisie.

0
4252
Malek Jaziri ne disputera pas son quart de finale en Ouzbékistan pour des raisons politiques ©sipa

Sport et politique ne font pas bon ménage. Et c’est le Tunisien Malek Jaziri qui en fait malheureusement les frais. Ce vendredi, le joueur de tennis a été contraint par les autorités de son pays à renoncer à son quart de finale au tournoi de Tashkent, car son adversaire du jour était israélien…

Malek Jaziri avait pourtant bien débuté le Challenger d’Ouzbékistan, en battant jeudi l’Ukrainien Sergiy Stakhovsky (6/4 6/2), qui n’est autre que le tombeur de Roger Federer à Wimbledon. Mais la fédération de tennis de son pays a coupé le joueur en plein élan, sur ordre du ministère de la Jeunesse et des Sports. En effet, le gouvernement tunisien a ordonné à ses représentants de refuser les affrontements contre les Israéliens, en solidarité avec la cause palestinienne.

Le comble de l’histoire ? Malek Jaziri et Amir Weintraub, désormais qualifié d’office pour les demi-finales, sont amis dans la vie et membres de la même équipe de tennis à Sarcelles, en banlieue parisienne. Autant dire que pour les deux jeunes hommes, ainsi que pour l’AAS Sarcelles Tennis, la pilule est dure à avaler.

Cette décision arbitraire crée le malaise dans le monde tennistique, ainsi qu’en Tunisie. D’après le Huffington Post Maghreb, la présidente de la Fédération tunisienne de tennis, Selma Mouelhi, s’est « alignée sur la position du ministère », même si aucune demande écrite ne lui a été adressée. « On me l’a annoncée verbalement », a-t-elle précisé. Concernant Malek Jaziri, le résultat est le même. Que la décision vienne de la fédération ou du gouvernement, il va perdre de précieux points au classement ATP. Reste à savoir si la Fédé internationale de tennis sanctionnera de tels agissements.

> Lire aussi : Tennis : Nadal aurait-il dû être mieux payé que Sharapova ?

Mathilde Bourge