Trop de porno tue le cerveau

Voici une étude qui va faire jaser. Selon des scientifiques allemands, les hommes accros au porno auraient moins de matières grises et une activité cérébrale réduite.

0
2103
La cause et l'effet, seraient une trop grande stimulation du centre du plaisir qui changerait la plasticité neuronale. ©ShutterStock

Aura-t-on droit bientôt à un message de prévention : « L’abus de porno est dangereux pour la santé, à consommer avec modération » ? Car à la question, « la pornographie est-elle mauvaise pour la santé », la réponse est « Oui ! » s’il on en croit des travaux allemands publiés jeudi 29 mai dans la revue médicale américaine JAMA Psychiatry.

La pornographie change la plasticité du cerveau

Les chercheurs de l’Institut Max Plank for Human Development à Berlin, ont remarqué que les hommes accros à la pornographie sur Internet paraissaient avoir moins de matières grises dans certaines zones du cerveau et une activité cérébrale réduite : « Nous avons constaté un lien négatif significatif entre le fait de regarder de la pornographie pendant plusieurs heures par semaine et le volume de matière grise dans le lobe droit du cerveau ».

La cause et l’effet, seraient une trop grande stimulation du centre du plaisir qui changerait la plasticité neuronale. Ces observations effectuées sur 64 hommes âgés de 21 à 45 ans, ont été établies à la suite d’un questionnaire (temps passé à regarder des vidéos pornographiques) et d’une IRM des cerveaux (pour en mesurer les volumes) des volontaires.

La pornographie : problème de santé publique

Si les auteurs avouent ne pas pouvoir prouver que ces phénomènes sont provoqués par une trop grande consommation de pornographie, ils estiment tout de même que d’autres recherches sont nécessaires, car il y a bien là la première indication de l’existence d’un lien entre le fait de regarder de la pornographie et une réduction de la taille et de l’activité du cerveau en réaction à une stimulation sexuelle.

Une étude qui parait des plus inquiétantes quand on sait qu’aux Etats-Unis, la pornographie est devenue une question de santé publique. « La pornographie est la forme la plus répandue d’éducation sexuelle aujourd’hui » et doit être combattue au même titre que le tabagisme ou l’alcool estiment les experts. C’est vous dire.

Sur le même sujet

Lire aussi : L’Islande veut interdire le porno sur internet

Lire aussi : Le porno influence les pratiques sexuelles des jeunes

Laurie Ferrère