Ukraine : un sommet international pour apaiser les tensions ?

Les représentants de l'Ukraine doivent retrouver la semaine prochaine leurs homologues russes, états-uniens et européens pour tenter de sortir de la crise. Ces derniers jours, la tension s'est accentuée entre pro-russes et loyalistes dans l'est du pays.

0
1267
Une table ronde quadripartite devrait avoir lieu la semaine prochaine pour tenter de sortir l'Ukraine de la crise. - photo : Sergueï Lavrov et Laurent Fabius - crédit : Jose Rodriguez

Les relations entre séparatistes pro-russes et loyalistes ukrainiens s’enveniment jour après jour. Afin d’apaiser la situation, une rencontre entre l’Ukraine, la Russie, les États-Unis et l’Union européenne est prévue la semaine prochaine. Un sommet qui s’annonce tendu. Des divergences se dessinent déjà entre Kiev et Moscou.

Ukraine : première rencontre entre Sergueï Lavrov et Andreï Dechtchitsa

Pour l’instant, aucun communiqué officiel n’est venu confirmer la tenue d’une table ronde quadripartite mais une source au ministère des Affaires étrangères russe a assuré à RFI la présence de la Russie à la réunion. C’est la première fois que le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, va se retrouver face à son homologue ukrainien, Andreï Dechtchitsa.

Le 8 avril, S. Lavrov a expliqué que Vladimir Poutine avait donné son accord pour que des discussions aient lieu au niveau ministériel avec le gouvernement intérimaire ukrainien, bien que Moscou remette toujours en cause sa légitimité. Côté ukrainien, le ministre des Affaires étrangères est lui aussi ouvert à la discussion mais demande à la Russie de cesser de s’immiscer dans ses affaires et de faire preuve de bonne foi pour sortir de la crise. Autre volonté exprimée par Kiev : la présence de représentants officiels de l’État, et uniquement des officiels. Le problème c’est que Moscou souhaite que des représentants des régions de l’Est et du Sud de l’Ukraine participent à la réunion. Impensable pour Kiev.

Moscou et Kiev vont-il parvenir à trouver un terrain d’entente ?

La Russie aussi tente d’imposer ses conditions. Elle ne veut pas que la table ronde se tiennent avant le 15 avril, date à laquelle le gouvernement ukrainien doit présenter son projet de réforme constitutionnel. Elle insiste sur ce point car elle exige que seules la fédéralisation et la neutralité de l’Ukraine soient au menu des discussions.

Sur le fond, Russes et Ukrainiens ne partagent pas non plus la même vision. Moscou souhaite une réforme pour que l’Ukraine devienne une fédération. Une issue inenvisageable pour Kiev, qui craint de perdre toute influence sur les régions de l’Est. Si aucun accord n’est trouvé, les spécialistes redoutent une annexion de nouvelles régions ukrainiennes par la Russie.

Sur le même thème :

Lire aussi : Ukraine – la Russie annule le rabais sur le gaz

Lire aussi : Crimée – Quelques repères en images (Infographie)

Cécile David