Un 3e plan Cancer pour réduire les inégalités

Le rapport du Pr Vernant, pour le prochain plan Cancer est dévoilé. Prévention et réduction des inégalités seront les thèmes clés pour 2014-2018.

0
4300
le 3e plan cancer aura pour mot d'ordre la réduction des inégalités sociales. ©ThinkStock

Le 3e plan Cancer (2014-2018) se précise avec les recommandations du Pr Jean-Paul Vernant, remises aux ministres des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, et de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso. Dans son rapport, l’ancien chef de service à la Pitié-Salpêtrière et professeur d’hématologie à l’Université Pierre et Marie Curie, conseille de maintenir les efforts dans l’innovation et insiste largement sur la lutte contre les inégalités ressenties dans la population face à la maladie.

Cancer : informer les enfants des risques

Selon le professeur, tous les malades doivent pouvoir être soignés sans distinction sociale. C’est pourquoi il souhaite la réduction des frais à la charge du patient. Cela pourrait passer par l’absence de reste à charge dans le dépistage, dans le traitement du cancer et aussi dans l’après-cancer (suivi psychologique ou soins esthétiques par exemple).

En ce qui concerne la prévention, le rapport insiste particulièrement sur le tabagisme. Sont aussi évoqués, la prévention de l’alcoolisme, de l’obésité ou des méfaits du soleil. Tout le monde a déjà entendu parler de leurs effets néfastes sur la santé, mais on note des degrés de connaissance différents selon les classes. Pour réduire ces inégalités, il faudrait, d’après le rapport, prévenir tous les enfants le plus tôt possible sous forme de formation à la santé. Les plus jeunes apparaissent d’ailleurs comme particulièrement influents au sein d’une famille et cette connaissance assimilée pourrait pénétrer tout le foyer.

L’importance de l’après-cancer

Pour le plan Cancer 2014-2018, le Professeur Vernant préconise d’améliorer et augmenter le rôle du médecin généraliste dans le suivi des patients traités pour le cancer, de façon à éviter le recours aux urgences. Enfin, il propose de mettre en place une consultation de fin de traitement pour parler avec le patient de la nouvelle phase dans laquelle il rentre : l’après-cancer. Avec le cancérologue référent, un infirmier coordinateur, un psychologue et le médecin traitant du patient, pour que l’ancien malade puisse envisager au mieux son futur.

Nous verrons d’ici quelques mois si Marisol Touraine et Geneviève Fioraso décident d’appliquer ces recommandations au 3e plan Cancer.

Solène Medjeri