Un Belge euthanasié suite à un changement de sexe raté

Nathan Verhelst, un Belge de 44 ans, a été euthanasié ce lundi à cause de « souffrances psychiques insupportables ». Né de sexe féminin et souhaitant devenir un homme, les opérations chirurgicales qu’il avait subi avaient accentué son mal-être.

0
1325

Nathan Verhelst a été euthanasié ce lundi 30 septembre dans un hôpital de Bruxelles. Ce Belge de 44 ans, qui s’appelait Nancy il y a encore deux ans, rêvait depuis son adolescence de devenir un homme. Né dans une famille de trois garçons, il avait été dès l’enfance rejeté par ses parents qui voulaient un autre garçon, et non une fille, d’après le quotidien flamand Het Laatste Nieuws qui l’a interrogé la veille de sa mort. Il avait alors subi successivement une cure d’hormones, une ablation des seins et un changement de sexe entre 2009 et juin 2012. Mais ces opérations n’ont jamais permis de lui faire atteindre le bien-être qu’il recherchait et ont au contraire aggravé ses souffrances.

Une souffrance « constante, insupportable et inapaisable »

Si l’euthanasie est légale en Belgique depuis 2002 et très règlementée, les conditions de celle-ci ont nécessité des explications publiques. Pour le médecin ayant suivi Nathan Verhelst, « on pouvait clairement parler dans ce cas de souffrances psychiques insupportables », a-t-il précisé à Het Laatste Nieuws. En effet, pour accéder à l’euthanasie, la personne doit subir une souffrance « constante, insupportable et inapaisable » selon la loi belge. Pour y avoir recours, « la personne doit présenter une affection grave et incurable qui lui cause des souffrances » pouvant être « d’ordre psychique ou physique», a ajouté Jacqueline Herremans, membre de la Commission nationale sur l’euthanasie.

En 2012, 1 432 euthanasies ont eu lieu en Belgique. 52 concernaient des cas de souffrance psychologique, contre 33 en 2011.

Le débat sur l’euthanasie se poursuit encore en Belgique. Le Parlement doit examiner son extension aux mineurs « capables de discernement » et aux adultes souffrant de démence de type Alzheimer ou vasculaire grave.

Adrien Guiset