Un chien pour dépister le cancer de la prostate ?

Avec un peu d’entraînement, les chiens seraient capables de détecter certains éléments présents dans l'urine et ainsi dépister un cancer de la prostate. Une précision de plus de 96 % aurait été atteinte lors des premiers tests.

0
1349
Les deux chiens sont parvenus à identifier, respectivement, 99 % et 100 % des échantillons positifs. - crédit photo : Katarzyna Mazurowska ©ShutterStock

Le chien, nouvel outil de dépistage ? À l’occasion du congrès annuel de l’Association américaine d’urologie, à Orlando (Floride), une équipe de chercheurs dirigée par le Dr Gianluigi Taverna de l’Humanitas Research Hospital de Milan a révélé que des chiens entraînés pouvaient détecter un cancer de la prostate en sentant un échantillon d’urine. Ils seraient même capables de différencier les différents stades de la maladie.

Dépistage du cancer de la prostate : 100 % de réussite pour l’un des chiens

Avec une truffe composée de 200 millions de cellules olfactives, le chien est doté d’un excellent odorat. L’animal est déjà sollicité depuis plusieurs années par la police, en particulier pour repérer certaines drogues, mais aussi comme secouriste dans les zones à risques. Et, de plus en plus, dans le monde médical. Certaines études ont mis en avant le fait que les canidés pouvaient flairer des tumeurs malignes, voir l’arrivée d’une crise d’épilepsie. Et ce, sans avoir bénéficié d’un dressage particulier.

Le Dr Taverna a entraîné pendant cinq mois deux bergers allemands femelles de trois ans – anciens chiens de détection d’explosifs – à renifler des échantillons d’urine. Objectif : repérer les composés indiquant la présence d’un cancer de la prostate. En effet, la tumeur de la prostate dégage des composés organiques volatiles (COV), présents dans l’urine des malades. 902 personnes ont accepté de fournir un échantillon de leur urine : 362 hommes atteints d’un cancer de la prostate, à différents stades, et 540 hommes et femmes touchés par d’autres cancers, des pathologies diverses ou en bonne santé. Les deux chiens sont parvenus à identifier, respectivement, 99 % et 100 % des échantillons positifs et à repérer 98 % et 96 % des échantillons négatifs.

« Utiliser des chiens pour identifier un cancer, c’est quelque chose que la plupart des gens n’aurait jamais cru possible il y a dix ou vingt ans, commente le Dr Brian Stork, l’un des chercheurs ayant participé à l’étude (Pourquoidocteur.fr). Que le « meilleur ami de l’homme » puisse nous sauver la vie est un concept intéressant. »

Sur le même thème :

Lire aussi : Asthme – Les bébés protégés par les chiens

Lire aussi : Un chien sauve la vie d’un chat grâce à un don de sang

Cécile David