Un fauteuil roulant qui se dirige avec la langue

Des chercheurs américains ont mis au point un dispositif permettant aux tétraplégiques de diriger un fauteuil roulant avec leur langue. Grâce au « tongue directional system » (TDS), ils pourront aussi utiliser un ordinateur et un smartphone.

0
2001
Les 33 personnes qui ont testé le TDS n’ont mis qu’une demi-heure, environ, pour maîtriser l’outil. - crédit photo : Gary W. Meek - AP ©Sipa

C’est une vraie révolution. Des chercheurs de l’université Georgia Tech (États-Unis) ont présenté à la revue Science Translational Medicine le « tongue directional system » (TDS), un appareil permettant aux tétraplégiques de guider, sans les mains, un fauteuil roulant avec la langue.

Le TDS permet aussi d’utiliser un ordinateur et un smarpthone

Le Dr Maysam Ghovanloo a commencé à se pencher sur ce concept en 2005. Il s’est intéressé aux capacités motrices de la langue, souvent très peu touchées par la tétraplégie. Le dispositif se présente sous la forme d’un aimant installé dans un piercing posé sur l’organe, et d’un casque capable de détecter les mouvements grâce à différents capteurs. Six positions ont été programmées. Si le patient touche sa joue gauche avec la langue, il tourne son fauteuil à gauche, s’il touche sa joue droite, il le dirige vers la droite, etc.

> Lire aussi : Une main artificielle encore mieux contrôlée par la pensée (vidéo)

Le « tongue directional system » permet, par ailleurs, d’utiliser un ordinateur (substitut à la souris) et un smartphone. « Vu qu’il existe déjà des applications permettant de contrôler à distance des appareils connectés (une télévision par exemple), ceux-ci seront utilisables avec le TDS », explique le Dr Ghovanloo. Selon l’équipe de scientifiques, il serait possible d’améliorer le dispositif et d’établir une commande pour chaque dent.

TDS : une commercialisation possible d’ici deux ans

Le projet est prometteur puisque les 34 personnes qui ont testé le dispositif (23 personnes valides et 11 personnes tétraplégiques) n’ont mis qu’une demi-heure, environ, pour maîtriser l’outil. Seul petit bémol, les patients âgés ont refusé de jouer le jeu car ils ne voulaient pas être percés. Prochaine étape : la commercialisation du produit. La Food and Drug Administration (l’agence américaine du médicament) devrait délivrer une autorisation de mise sur le marché d’ici fin 2013. Le TDS pourrait ainsi être disponible courant 2015.

Des extraits de l’essai clinique :


© DR

> Lire aussi : Paralysés, ces rats ont pu remarcher

Damien Rigat