Un hamburger éprouvette à 290 000 €

Le hamburger le plus cher du monde sera vendu dès cette semaine à Londres. Sa particularité ? Son steak sera fabriqué à partir de cellules souches.

0
2988
Un hamburger fabriqué à partir de cellules souches sera en vente dans un restaurant de Londres dès cette semaine ©ThinkStock

Le burger le plus cher du monde est en passe de se faire détrôner. La bombe calorique de près de 4 000 euros sera devancée – et de loin – dès cette semaine par un « hamburger éprouvette » de 290 000 euros.

Selon le Daily Mail, ce super met sera composé d’un steak de 140 grammes… fabriqué à partir de cellules souches dans un laboratoire de l’Université de Maastricht. Comme l’explique le journal, quatre étapes sont nécessaires à l’élaboration de cette viande si particulière :

– les scientifiques isolent des cellules du muscle de la vache ;

– ils les incubent dans un milieu nutritif spécial ;

– les cellules se multiplient et prennent la forme d’un tissu ayant la consistance d’un œuf dur ;

– au final, 3 000 bandes de viandes cultivées en laboratoire sont hachées avec 200 pièces de gras animal, également issues d’éprouvettes, afin de former un steak.

Ce processus, qui prend plusieurs semaines, explique le prix élevé du hamburger. De plus, les recherches ne sont, pour le moment, financées que par le gouvernement néerlandais et des dons.

Pourquoi un hamburger « in vitro » ?

Comme l’expliquent les scientifiques, cette opération n’est pas seulement destinée à prouver que la science peut aller toujours plus loin. D’après eux, la viande synthétique pourrait pallier la pénurie mondiale de bœuf, d’agneau, de porc ou encore de poulet. En effet, les cellules souches issues d’un seul animal pourraient être utilisées pour faire un million de fois plus de viande que la carcasse d’une seule vache. Le créateur de ce burger, Mark Post, espère que ce type de nourriture pourra être vendu en grande surface d’ici cinq ou dix ans.

Reste à savoir si ces steaks, composés de cellules souches et de graisse reconstituées, seront plus ragoûtants qu’ils n’y paraissent.

Mathilde Bourge